•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des groupes confessionnels ouvrent leurs portes aux sans-abri

Une église avec des fenêtre éclairées.
L'église unie St-Matthews offre le gîte et le couvert aux itinérants tous les jeudis dans le cadre du programme Out of the Cold. Photo: Radio-Canada / Haweya Fadal
Radio-Canada

Seize organisations religieuses de Toronto, comprenant des églises et des synagogues, hébergeront des personnes dans le besoin au moins une nuit par semaine du premier novembre à la fin mars.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Le programme Out of the Cold a été lancé en 1988. Il se voulait une solution temporaire au problème de l'itinérance, mais 30 ans plus tard les besoins sont tout aussi pressants.

En général, les synagogues et les églises ouvrent les portes de leur sous-sol de 16 h à 8 h. Elles offrent à tour de rôle du lundi au dimanche, un repas, un matelas pour dormir ainsi que certains services de santé et des services juridiques.

Le temple Holy Blossom et l'église unie St-Matthews ont été les premiers à accueillir des itinérants pour la nuit cette année. Ils répéteront l'exercice tous les jeudis alors que d'autres groupes religieux se partageront les autres jours de la semaine.

Lynda Champagne est la coordonnatrice du programme à St-Matthews. Elle y fait du bénévolat depuis 25 ans. Selon elle, il y avait très peu de gens jeudi soir comparativement à d'autres années.

Nous n'avons servi que 65 repas alors que normalement nous en servons 120.

Lynda Champagne coordonatrice programme Out of the Cold pour St-Matthews

Elle croit toutefois que l'église atteindra sa pleine capacité d'ici quelques semaines lorsque les températures commenceront à chuter.

David Reycraft est le directeur des services d'hébergement pour l'organisme Dixon Hall qui soutient les groupes confessionnels grâce au financement de la Ville de Toronto.

Out of the Cold fonctionne bien parce que les groupes confessionnels y apportent un élément de compassion.

David Reycraft directeur d'hébergement Dixon Hall

Il souligne que le nom du programme n'a rien à voir avec la température qu'il est plutôt lié à la crise du logement abordable et social.

Il y a eu au total 13 009 nuitées dans les établissements confessionnels l'an dernier.

David Reycraft ne sait pas quelle sera l'ampleur de la demande cet hiver. Il est toutefois certain que le programme Out of the Cold est toujours nécessaire.

Pauvreté

Société