•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tirs policiers sur Jonathan Belley ont été mortels

Jonathan Belley

Jonathan Belley

Photo : Facebook : Jonathan Belley

Radio-Canada

Les blessures causées par les projectiles tirés par les policiers ont été fatales, conclut le rapport du coroner chargé d'étudier les circonstances de la mort de Jonathan Belley, âgé de 23 ans, au terme d'une opération policière qui s'est déroulée en août 2017 à La Sarre.

Un texte de Lise Millette

Le coroner Steeve Morin mentionne également une autre blessure, sérieuse, que s'était infligée Jonathan Belley, qui s'était poignardé avant de charger les policiers.

Bien qu'importante, cette blessure n'aurait pas été une menace pour sa vie. Sa mort est attribuable aux tirs policiers, qui l'ont atteint au thorax et au front. « Il s'agit d'une mort violente », sont les derniers mots du rapport du coroner.

À la suite de la mort de Jonathan Belley, Radio-Canada avait rapporté que la famille considérait que le drame aurait pu être évité.

Les proches blâmaient les policiers. Le rapport de Me Steeve Poisson analyse que les lésions causées par le passage des deux projectiles étaient fatales. La mort a donc été causée par un polytraumatisme par arme à feu.

La mère de Jonathan Belley et son conjointAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mère de Jonathan Belley et son conjoint

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Rupture amoureuse difficile

Toujours selon le rapport du coroner, dans les semaines qui ont précédé le drame, Jonathan Belley avait exprimé des idées suicidaires après une rupture amoureuse. Des proches lui avaient alors conseillé de consulter un médecin, ce qui n'a pas été fait.

Le dimanche 20 août 2017, vers 18 h, Jonathan Belley a d'abord lancé une cannette de bière sur une auto-patrouille. Il a ensuite fait un geste de la main comme s'il se tranchait la gorge, puis a fait comme s'il tirait avec un pistolet, cite le coroner.

Une poursuite policière s'est enclenchée sur près de neuf kilomètres et s'est terminée sur la route 393 lorsque la voiture de Jonathan Belley est entrée en collision avec une autre auto-patrouille qui arrivait en sens inverse.

En sortant de son véhicule, Jonathan Belley avait un couteau à la main. Il s'est infligé une blessure et a foncé sur les policiers devant plusieurs témoins. Les agents lui ont demandé de s'arrêter et comme il ne l'a pas fait, ils ont ouvert le feu, l'atteignant mortellement à deux endroits.

Le décès de Jonathan Belley a été constaté à l'hôpital de La Sarre.

Analyse terminée au Bureau des enquêtes indépendantes

Chaque fois qu'une personne meurt ou subit une blessure grave lors d'une intervention policière, le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) intervient afin de déterminer les circonstances qui ont mené à cette blessure ou cette mort.

Le BEI a fait enquête et remis son rapport au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ainsi qu'au Bureau du coroner le 5 juin 2018. Le contenu de ce rapport n'est pas public, toutefois, puisqu'il contient des renseignements sensibles et nominatifs, peut-on lire sur le site du BEI, qui ne divulguera pas le contenu ni des faits observés, ni aucune autre information sur cette enquête.

Cela dit, le DPCP doit à présent se baser sur le contenu du rapport du BEI afin de déterminer si des accusations seront portées contre les policiers impliqués lors des événements du 20 août 2017.



Abitibi–Témiscamingue

Justice et faits divers