•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Greyhound, une fin annoncée depuis longtemps dans l’Ouest canadien

    Un autocar Greyhound circulant sur la route.
    La compagnie d'autocars Greyhound met fin à ses trajets dans l'Ouest canadien. Photo: Radio-Canada / Reportage du Téléjournal du 23 juin 1972
    Radio-Canada

    Le 31 octobre 2018, la compagnie américaine d'autocar Greyhound a mis fin à la majorité de ses trajets depuis la Colombie-Britannique jusqu'au nord de l'Ontario. C'était autrefois une compagnie prospère et très sollicitée, mais le manque de rentabilité sur les trajets éloignés aura sonné le glas de la compagnie. Nos archives témoignent d'une décision crainte, mais depuis longtemps annoncée.

    Établie depuis les années 1920 au Canada, la compagnie d’autocars Greyhound dessert alors toutes les provinces sur des routes reliant les grandes villes avec les communautés rurales.

    Le service compte parmi ses clients des usagers réguliers, qui l’utilisent pour visiter de la famille, se rendre à un hôpital, au travail ou encore à l’université. Greyhound est considéré comme une option abordable et essentielle, surtout pour certaines municipalités éloignées.

    La compagnie prospère donc sur les routes du Canada, en plus de mettre en circulation, au cours des années 1970, des autocars à la fine pointe de l’innovation mécanique.

    Le journaliste Gilbert Bringué présente, au Téléjournal du 23 juin 1972, l’arrivée des moteurs rotatifs à turbine de l'autocar Turbo Cruiser.

    À ce moment, ce modèle est encore en période de test aux États-Unis, mais on estime qu’il révolutionnera l’industrie de l’automobile.

    Téléjournal, 23 juin 1972

    Dans les années 1990, la compagnie fait des investissements, notamment au Québec, pour tenter de pallier la fin de certains circuits de trains de VIA Rail. Greyhound semble donc encore en mesure de continuer son développement sur le marché canadien.

    Il faudra toutefois moins de 20 ans pour que la situation se renverse.

    En 2009, les premiers échos que Greyhound va cesser certaines activités lancent un signal d’alarme. La compagnie d’autocar n’est plus rentable sur un bon nombre de circuits dans l’ouest du pays.

    La difficulté financière à laquelle fait face Greyhound ne laisse pas beaucoup d’options. Il faut une aide des gouvernements fédéral et provinciaux et un assouplissement de la réglementation, ou les services commenceront à être interrompus.

    La journaliste Julie-Anne Lamoureux évoque les conséquences pour les voyageurs et pour l’économie du Manitoba à l’émission Le National du 3 septembre 2009.

    L’annulation de certains trajets entraînerait la perte de près de 200 emplois.

    Ironie du sort, Greyhound vient tout juste de signer un bail de 40 ans à l’aéroport de Winnipeg.

    Le National, 3 septembre 2009

    En 2015, une étape de plus est franchie, annonçant la fin de Greyhound dans l’Ouest canadien, avec une réduction significative des fréquences des autocars.

    Malgré tout, l’annonce de l’annulation complète des routes à l’ouest de l’Ontario en 2018 a été un coup difficile à encaisser pour de nombreux passagers. En Alberta seulement, ce sont plus de 300 villes et localités qui utilisent les services de la compagnie.

    L’annulation s’est toutefois faite de manière progressive tout au long de l’année. À commencer par les trajets en Colombie-Britannique en février. Ne demeure que le trajet entre Vancouver et Seattle, aux États-Unis.

    En mai, c’est la route du Yukon qui est abolie. C’est avec beaucoup d’émotions qu’un des conducteurs effectue le dernier trajet vers la Colombie-Britannique.

    La journaliste Claudiane Samson témoigne de cet événement empreint de nostalgie au Téléjournal Colombie-Britannique du 31 mai 2018.

    Téléjournal Colombie-Britannique, 31 mai 2018

    La compagnie ne dessert désormais que le Québec et une partie au sud de l’Ontario.

    Pour bon nombre de citoyens canadiens, l’annulation de trajets de Greyhound marque la fin d'une époque. C'est le début d’une ère d’inquiétude en matière de mobilité, surtout pour les plus vulnérables qui comptaient sur ce service pour fonctionner dans leur vie quotidienne.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Économie