•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mobilisation se poursuit pour annuler le transfert de Terri-Lynne McClintic

Cinq manifestants dans une rue montrant des pancartes exigeant de mettre la détenue derrière les barreaux.
Des habitants de Maple Creek ont manifesté contre le transfert de Terri-Lynne McClintic dans un pavillon de ressourcement autochtone proche de là. Ils organisent un nouveau rassemblement et ont lancé une pétition appelant le gouvernement fédéral à annuler le transfert. Photo: CBC / Olivia Stefanovich

Des manifestants comptent se rassembler vendredi pour dénoncer le transfert de Terri-Lynne McClintic au Pavillon de ressourcement Okimaw Ohci pour femmes autochtones, un établissement à sécurité minimale, situé sur le territoire de la Première Nation de Nekaneet, près de Maple Creek, en Saskatchewan.

Terri-Lynne McClintic était incarcérée au pénitencier pour femmes de Grand Valley, à Kitchener, en Ontario, après avoir été reconnue coupable en 2010 du meurtre au premier degré de Victoria Stafford, une petite fille de 8 ans. Elle sera admissible à une libération conditionnelle en 2031.

Le père de la jeune Victoria, Rodney Stafford, et des manifestants prévoient de se rassembler sur la colline du Parlement tandis que d'autres opposants se réuniront à Maple Creek, au parc Land of Living Skies, à 11 h 30, vendredi.

Une filletteVictoria Stafford Photo : La Presse canadienne / DAVE CHIDLEY

« Ce que nous voulons vraiment, c'est que les gens comprennent ce qui se passe, soutiennent Rodney Stafford et son rassemblement, et donnent aux gens de notre communauté et des régions environnantes un endroit où parler et discuter », dit Penny Steinkey, l'une des organisatrices du rassemblement de Maple Creek.

Le débat s’invite au Parlement

Le transfert de Terri-Lynne McClintic au pavillon de ressourcement Okimaw Ohci a suscité un débat houleux et des affrontements à la Chambre des communes.

Une motion, présentée par le Parti conservateur du Canada pour forcer le gouvernement Trudeau à revoir la décision de transférer la meurtrière de Victoria Stafford dans un pavillon de ressourcement pour femmes autochtones en Saskatchewan, a été défaite à la Chambre des communes au début du mois d'octobre.

Par ailleurs, le député conservateur de Cypress Hills-Grasslands, David Anderson, parraine une pétition en ligne appelant le gouvernement fédéral à « exercer son autorité morale, juridique et politique » pour annuler le transfert de la meurtrière.

La pétition argue que le Pavillon de ressourcement Okimaw Ochi « ne dispose pas des mesures de sécurité nécessaires pour assurer la protection des habitants de Maple Creek, en Saskatchewan, ou des environs ». Elle a recueilli environ 7360 signatures jusqu'à présent.

Photo de Terri-Lynne McClintic (à gauche) et photo de Ralph Goodale en train de parler à la Chambre (à droite).Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale (à droite), affirme que les politiciens ne contrôlent pas les classifications de sécurité des prisonniers et n’ont pas le pouvoir juridique d’intervenir, à propos du transfert de Terri-Lynne McClintic (à gauche). Photo : La Presse canadienne

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a déjà demandé aux responsables des services correctionnels de revoir le transfert de Terri-Lynne McClintic.

Le gouvernement libéral dit vouloir respecter l’indépendance du système judiciaire.

Penny Steinkey espère que le rassemblement attirera davantage l'attention sur la pétition en ligne pour trouver davantage de signataires qui sont convaincus, tout comme elle, qu'un pavillon de ressourcement autochtone n'est pas le lieu idéal pour Terri-Lynne McClintic.

« Elle va avoir la guérison autochtone ici, mais pas l'aide psychologique dont elle a besoin, je pense », a-t-elle déclaré.

Saskatchewan

Justice et faits divers