•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Le pétrole du Québec vient désormais d’Amérique du Nord

Des conduites d'un oléoduc

Le projet d'oléoduc Énergie Est devait conduire du pétrole albertain jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Photo : TransCanada

Gérald Fillion

ANALYSE - Pendant des années, il était de bon ton de dire qu'il fallait produire du pétrole au Québec et construire un pipeline pancanadien pour réduire notre dépendance au pétrole étranger et pour faire baisser les prix. Or, l'idée du Klondike pétrolier au Québec est révolue, le projet Énergie Est est mort et le Québec ne consomme presque plus de pétrole de l'étranger!

En 2012, 92 % du pétrole qui se rendait dans les raffineries du Québec était importé, essentiellement d'Algérie, du Kazakhstan et d'Angola. Seulement de 7 % à 9 % du pétrole importé provenait du Canada et des États-Unis.

Or, en 2017, c'est maintenant de 81 % à 82 % du pétrole qui vient du Canada et des États-Unis. Et les deux tiers du pétrole international importé au Québec viennent des États-Unis. Le portrait de l’importation du pétrole au Québec a totalement changé pendant cette période.

En fait, la provenance du pétrole au Québec a évolué en raison du renversement du flux pétrolier de la canalisation 9b d'Enbridge en 2015 et de la forte croissance de l'exploitation du pétrole de schiste aux États-Unis.

Dans une note économique, la Banque Nationale estime que le Québec est aujourd’hui moins exposé aux tensions géopolitiques et au potentiel d'interruption de pétrole. Cela dit, le fait d’avoir 44 % de notre pétrole importé qui vient du Canada ne fait pas baisser le prix à la pompe, un argument qui a longtemps été évoqué pour appuyer la construction d’Énergie Est.

En réalité, le prix de l’essence a augmenté depuis cinq ans. En juillet 2012, le prix du litre d’essence ordinaire à Montréal oscillait entre 1,32 $ et 1,36 $. Cette année, le prix s’est situé entre 1,40 $ et 1,45 $ le litre. Il faut dire que d’autres facteurs entrent dans la composition du prix, notamment les taxes qui sont imposées et la chute du dollar canadien.

Pétrole : moins de consommation, plus de production

Maintenant, le rapport 2018 de l'Office national de l'énergie sur l’avenir énergétique du Canada nous apprend que la croissance de la consommation de pétrole va baisser d’ici 2040, mais que sa production va continuer d’augmenter.

D'ici un peu plus de 20 ans, la consommation énergétique va monter de 5 %, alors que les Canadiens vont consommer plus de gaz naturel et de ressources renouvelables, moins de charbon et moins de produits pétroliers raffinés.

Cela dit, la production de pétrole brut et de gaz naturel va s'intensifier. Dans le scénario de référence de l'Office, les prix du pétrole et du gaz naturel seront assez élevés pour permettre aux entreprises de poursuivre leurs investissements. Ainsi, on s’attend à ce que la production pétrolière augmente de 58 % et que la production gazière progresse de 23 %.

La production de pétrole au Canada s’est élevée à 4,4 millions de barils par jour en 2017 et a progressé de 6 % au cours des cinq premiers mois de 2018. En 2040, la production canadienne de pétrole brut va atteindre, selon les prévisions de l’Office national de l’Énergie, 6,9 millions de barils par jour, une hausse de 58 % par rapport à 2017.

Le Canada a un potentiel de 329 milliards de barils de pétrole, 170 milliards de ceux-ci sont considérés comme des réserves.

L’Office national de l’Énergie affirme, par ailleurs, que dans un scénario de développement important des technologies, avec un prix du carbone plus élevé que prévu et un prix du pétrole plus bas, et une offensive mondiale et concertée contre les changements climatiques, les « coûts deviendraient un obstacle majeur à la rentabilité économique de la production ».

Autrement, l’industrie pétrolière va probablement poursuivre son expansion et le Canada pourrait devenir l’un des premiers producteurs de pétrole du monde dans un contexte où les réserves de plusieurs pays s’épuisent. On peut voir ça comme une occasion économique pour l’industrie, mais on peut imaginer aussi la pression que ça pourrait représenter, à long terme, sur le Canada pour répondre à la demande mondiale.

Industrie pétrolière

Économie