•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro Manitoba a une nouvelle présidente

L'édifice d'Hydro-Manitoba au centre-ville de Winnipeg.

L'édifice d'Hydro-Manitoba au centre-ville de Winnipeg

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Darren Bernhardt

Radio-Canada

Jay Grewal vient d'être nommée présidente d'Hydro Manitoba et devient ainsi la première femme à la tête de l'entreprise. Elle entrera en fonction le 4 février.

Colleen Mayer, la ministre de la Croissance, de l'Entreprise et du Commerce, est ravie de cette nomination. « Mme Grewal est une chef reconnue qui a une vaste expérience dans le secteur de l’énergie », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Jay Grewal quittera donc son siège de présidente de Northwest Territories Power Corporation, qu’elle occupe actuellement.

Par le passé, elle a également occupé des fonctions de direction au sein de Capstone Mining, Accenture, B.C. Hydro et CIBC World Markets.

Le premier ministre manitobain, Brian Pallister, a également manifesté son soutien à la nouvelle présidente. « Je suis honoré d’annoncer la nomination de Jay Grewal comme première femme présidente de l’un des plus importants organismes de la Couronne dans la province », a-t-il déclaré.

Jay Grewal, nouvelle présidente de Hydro Manitoba.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jay Grewal sera la première femme à présider Hydro Manitoba.

Photo : Hydro Manitoba

Jay Grewal aura notamment à faire face à un déficit net de plus de 19 milliards de dollars pour Hydro Manitoba. Un nombre qui pourrait augmenter, notamment en raison du chantier de la station génératrice de Keeyask.

Si la construction avait été estimée à 6,5 millions de dollars à l’origine, elle a été réévaluée en 2017 à près de 10,5 millions de dollars par un consultant mandaté par le comité des services publics du Manitoba.

Dans l’opposition, Wab Kinew, le leader du Nouveau Parti démocratique, est inquiet de cette nomination à la tête d’Hydro Manitoba. Dans un communiqué envoyé à la presse, il a indiqué qu'il doutait des objectifs de la nouvelle direction et craignait la mise en place d’un processus de privatisation de l’entreprise.

« Elle a travaillé avec Gordon Campbell [ancien premier ministre de Colombie-Britannique] pour privatiser des parties de B.C. Hydro malgré ce qui avait été promis. Cela a permis d’énormes profits aux entreprises et une facture plus élevée pour les familles. On ne peut pas permettre ça au Manitoba », a-t-il affirmé.

Une inquiétude qu’avait déjà avancée la Fédération des Métis du Manitoba après que le gouvernement fut revenu sur des accords entre les Métis et Hydro Manitoba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Énergie