•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Croque-glace », drones et application pour affronter l’hiver montréalais

Un déneigeur souffle de la neige dans un camion de chargement, à ses côtés.

Des déneigeurs au travail (archives)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

La Ville de Montréal va s'appuyer sur de nouveaux équipements pour faire face à la glace et à la neige l'hiver prochain.

Achat d’appareils « croque-glace », utilisation de drones et amélioration de l’application Info-neige, voilà quelques éléments de l’arsenal qui sera déployé l’hiver prochain et qui a été présenté en conférence de presse par Jean-François Parenteau, responsable des services aux citoyens, de l’approvisionnement et du matériel roulant, et François Croteau, responsable de la ville intelligente au sein de l’administration municipale.

« Nous comptons sur la collaboration de tous les arrondissements qui sont responsables des opérations de déblaiement et d’épandage sur leur territoire, afin de sécuriser rapidement les rues et les trottoirs suite à une précipitation. La participation des citoyens est aussi essentielle au bon fonctionnement des opérations et nous comptons sur eux pour respecter les interdictions de stationnement et rester vigilants à l’approche des véhicules de déneigement », a indiqué Jean-François Parenteau.

Le budget prévu pour les opérations de déneigement est de 190 millions de dollars, le même que l’an dernier.

Au cours de l’hiver dernier, l’administration avait dû modifier certaines pratiques en raison de la quantité importante de neige tombée, que le froid empêchait de fondre.

Elle avait entre autres utilisé des drones pour avoir une vue d’ensemble des dépôts à neige afin de repérer les espaces encore disponibles pour y entreposer la neige. Cette pratique sera maintenue cette année. Comme prévu, le dépôt de LaSalle sera agrandi.

La Ville vient aussi de lancer un appel d’offres pour acheter huit appareils « croque-glace », des véhicules équipés de rouleaux munis de pointes qui peuvent broyer la glace sur les trottoirs lorsqu’elle atteint une épaisseur de 2,5 cm. Ces appareils seront utilisés à tour de rôle par les arrondissements.

L’application Info-Neige améliorée

L’administration améliore également l’application Info-Neige, utilisée par 273 000 personnes l’an dernier, de façon à faciliter les échanges d’information entre la Ville et les citoyens sur les opérations de déneigement.

« Cette année, ce sera très facile de comprendre si une rue a été déneigée ou si elle sera déneigée. Aussi, il y aura une meilleure présentation visuelle de l’ensemble de l’application, qui sera plus intuitive. Dans le cas des stationnements gratuits disponibles, ce sera plus facile de les trouver », a indiqué François Croteau.

Les personnes daltoniennes auront également la possibilité d’ajuster l’affichage à leurs besoins.

On pourra de plus recevoir des alertes pour s’informer du début ou de la fin des opérations. Finalement, un lien vers l’application « Services aux citoyens » permettra de signaler des problèmes de glace, de déneigement ou de signalisation erronée.

Un hiver « exceptionnel » l’an dernier

Le dernier hiver a été « exceptionnel », a rappelé Jean-François Parenteau : il est tombé 238 cm de neige, alors que la moyenne est de 190 cm. De plus, 90 % de cette neige a dû être ramassée, soit 18,4 millions de mètres cubes, alors que la proportion est habituellement de 50 % et que la quantité moyenne de neige ramassée est de 12 millions de mètres cubes.

Enfin, il a fallu procéder à sept chargements de neige, alors que la moyenne est de cinq.

Cela a entraîné des coûts supplémentaires de 35 millions de dollars, sans toutefois que le budget global soit dépassé. Certaines sommes doivent néanmoins encore être remboursées aux arrondissements pour le septième chargement de neige, a affirmé M. Parenteau.

Il a aussi indiqué que le litige entre la ville-centre et l’arrondissement d’Anjou, qui avait lancé une opération de déneigement sans attendre l’autorisation de l’administration centrale, s’était réglé à l’amiable sans que les coûts soient imputés à Anjou.

Grand Montréal

Politique municipale