•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Denis Verrier, passionné de vieilles voitures

Denis Verrier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Lorsqu'il s'agit de voiture, on peut dire que le Manitobain Denis Verrier s'y connaît. Il en vend depuis plus d'une cinquantaine d'années. Au-delà de la vente, il y a la passion, celle des voitures de collection et des autos qu'il bricole et transforme, par exemple, en « hot rods ».

Un texte et une vidéo de Denis Chambelrand

Enfant, Denis Verrier et son frère vendaient des légumes sur le bord de la route 75 au Manitoba. Entre les clients, pour passer le temps, les deux frères s’amusaient à compter les voitures et identifier la marque de chacune d’entre elles.

À la longue, on commençait à voir des autos et des camions qu’on aimait mieux que d’autres, alors ça commencé comme ça.

Denis Verrier
Chevrolet 1939 business coupe

Chevrolet 1939 business coupe

Photo : Radio-Canada

Ses premières automobiles sont des voitures d’occasion qu’il répare et revend, avant d’être en mesure d’acheter sa première auto neuve, une Chevrolet Bel Air 1957.

J’ai conduit ça pour un petit bout et je me suis dit, c’est correct, mais c’est pour les vieux.

Denis Verrier

Il décide alors de modifier l’allure de sa nouvelle voiture. Il abaisse le châssis, installe un moteur plus puissant et remplace la transmission automatique par une transmission manuelle à quatre vitesses.

La transformation de la Chevrolet Bel Air 1957 est, d’une certaine façon, à l’origine d’une série de véhicules modifiés. Quelques années plus tard, Denis Verrier décide de modifier l’apparence de vieux camions. Certains sont abaissés, d'autres voient leur boîte agrandie ou rapetissée et bien entendu, le moteur et la transmission sont changés.

Tout d’un coup, les enfants sont venus et ça a tout changé les affaires, il fallait que je modère un peu et j’ai continué avec les autos.

Denis Verrier

Pour ce passionné de voitures, difficile de s’arrêter, surtout lorsqu’on affectionne une certaine marque de voiture. En 1960, Denis Verrier achète une Corvette. Ce sera la première d’une longue série qu’il gardera précieusement pendant près de 25 ans.

J’ai acheté une Corvette de 1960, de 1961, deux de 1963 avec la fenêtre arrière séparée, deux de 1966, un coupé et une décapotable, par la suite j’ai eu une 1976, 1997, 2000, 2001, 2011 et une 2007 décapotable que j’ai présentement.

Denis Verrier
Ford 1935 cabriolet

Ford 1935 cabriolet

Photo : Radio-Canada

Pour un passionné de voitures, posséder une collection, c’est plaisant, mais la conduite automobile, c’est excitant. Ce qui fait qu’autour de 1978, Denis Verrier décide d'ajouter un passe-temps à ses activités : la course automobile. Il s’achète une Firebird qu’il fait modifier aux États-Unis pour participer aux courses de dragster.

Les fins de semaine, une fois que je finissais l’ouvrage, on partait pour Minneapolis, on coursait pour la fin de semaine et on conduisait toute la nuit pour être à temps à l’ouvrage le lundi matin. On a fait ça pendant trois, quatre ans avant de changer à ce qu’on appelle les Street Rods.

Denis Verrier

Cet amour des voitures, Denis Verrier le partage avec d’autres passionnés comme Maurice Cahill et Bill Bourbonnais. C’est d’ailleurs avec eux qu’il passera près de six ans à transformer une Chevrolet  1935 en ce qu’on pourrait appeler un petit bijou.

Chevrolet 1935

Chevrolet 1935

Photo : Radio-Canada

Après avoir coupé et enlevé le toit de la voiture, ils ont baissé la voiture, allongé le devant et modifié les portes pour qu’elles ouvrent par en avant. Le châssis de la voiture refait, sur lequel on a ajouté une suspension est en aluminium et le moteur, un 350 de Chevrolet à huit carburateurs plaqué en or 24 carrats.

1935 Chevrolet Roadster

1935 Chevrolet Roadster

Photo : Denis Verrier

Leur voiture a remporté plusieurs prix aux États-Unis et au Canada et a même fait la couverture de la revue Canadian Hot Rods.

L’apport de Denis Verrier au domaine de l’automobile au Manitoba lui a valu en 2010 une intronisation au temple de la renommée du Manitoba Motorsports.

 Le Fureteur manitobain

Manitoba

Course automobile