•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump impose de nouvelles sanctions au Venezuela

Le président Nicolas Maduro, l'air solennel, se tient sur la scène lors d'un grand événement militaire, à Caracas.

Le président Nicolas Maduro participait à un grand événement militaire, à Caracas.

Photo : Miraflores Presidential Palace via REUTERS

Agence France-Presse

La Maison-Blanche a imposé jeudi de nouvelles « dures » sanctions contre le Venezuela, accusé de faire partie, avec Cuba et le Nicaragua, d'une « troïka de la tyrannie » en Amérique latine.

Les nouvelles sanctions visent notamment le secteur de l'or pendant que les mesures punitives contre La Havane sont également renforcées, a annoncé John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, selon le texte d'un discours prononcé à Miami.

Il s'en est pris à « ce triangle de la terreur qui va de La Havane à Caracas et à Managua » et à ses trois « tyrans qui pensent être des hommes forts et des révolutionnaires », mais qui ne sont en fait que « des figures clownesques et pitoyables ».

Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, lors d'un événement marquant le 39e anniversaire de la révolution sandiniste.  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président du Nicaragua, Daniel Ortega

Photo : Reuters / Oswaldo Rivas

« La troïka de la tyrannie sur ce continent ne durera pas éternellement. Comme tous les régimes et les idéologies oppressifs, elle est vouée à disparaître », a-t-il soutenu, conseillant aux dirigeants vénézuélien Nicolas Maduro, cubain Miguel Diaz-Canel et nicaraguayen Daniel Ortega de « craindre le pouvoir vertueux » de leurs peuples.

« Le président et toute son administration vont soutenir les combattants de la liberté », a lancé John Bolton depuis la Freedom Tower de Miami, où, a-t-il rappelé, résident de nombreux dissidents cubains et d'autres régimes d'Amérique latine.

Pour combattre les trois régimes accusés de « provoquer d'immenses souffrances humaines » et « une énorme instabilité régionale », et pour « défendre l'État de droit, la liberté et la dignité humaine minimale », le gouvernement américain se dit déterminé à continuer d'utiliser l'arme des sanctions.

Les cibles

John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump.

Photo : Associated Press / Emily Michot

Après avoir déjà ciblé 70 personnes ou entités au Venezuela, dont le président Maduro et son épouse, Donald Trump « a signé un décret présidentiel pour imposer de nouvelles dures sanctions » contre ce pays, a expliqué John Bolton.

« Les nouvelles sanctions viseront les réseaux qui interviennent dans les secteurs économiques vénézuéliens corrompus » et notamment, dans l'immédiat, dans le secteur de l'or, a-t-il détaillé.

Aucun Américain ne pourra plus faire affaire avec le Venezuela dans ce secteur « utilisé par le régime pour financer ses activités illégales, remplir ses coffres et soutenir des groupes criminels », d'après le conseiller de la Maison-Blanche.

Comme Nicolas Maduro a, selon Washington, recours aux « mêmes tactiques oppressives utilisées par Cuba depuis des décennies », et que « la dictature cubaine permet au régime vénézuélien de mettre en oeuvre sa répression », John Bolton a fait savoir que les sanctions contre La Havane allaient également être durcies.

« Aujourd'hui, le département d'État a ajouté plus d'une vingtaine d'entités qui appartiennent à l'armée ou aux services de renseignement cubains, ou sont contrôlées par eux, à la liste des entités qui n'ont pas le droit de faire de transactions financières avec des Américains », a-t-il expliqué.

Politique internationale

International