•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La famille Plouffe de Roger Lemelin

Roger Lemelin, assis, stylo à la main avec une feuille de notes.

L'auteur Roger Lemelin est grandement associé à son roman « Les Plouffe » qu'il a adapté pour la la radio et la télévision de Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Henri Paul

Radio-Canada

Il y a 30 ans, le 16 mars 1992, décédait l’auteur Roger Lemelin. Nos archives témoignent de la portée de son plus grand succès, le roman Les Plouffe, transposé à la radio, à la télévision, puis au cinéma.

Avec Les Plouffe, publié à Québec en 1948, Roger Lemelin marque un tournant dans la littérature canadienne-française. Il transpose le roman de la campagne à la ville, avec son quotidien et ses peines.

Auparavant, Roger Lemelin avait fait paraître le roman Au pied de la pente douce, qui décrivait d’une manière réaliste la vie des gens de la Basse-Ville de Québec.

Avec Les Plouffe, il poursuit dans le même style populaire et parvient à mettre en scène une famille canadienne-française des plus attachantes.

Les Plouffe sera un des premiers romans à grand succès de notre littérature.

Jean Dumas Roger Lemelin discutant dans un studio.

Le réalisateur Jean Dumas et l'auteur Roger Lemelin lors d'auditions pour l'émission «La famille Plouffe».

Photo : Radio-Canada

Cet extrait de l’émission Les grands romans canadiens du 12 août 1951 nous offre une première lecture à la radio de l’œuvre de Roger Lemelin.

Le roman Les Plouffe a alors paru en France, en plus d’être traduit pour être publié dans le Canada anglais.

Coupure d'article tirée de l'hebdomadaire « La semaine à Radio-Canada » avec une photo de Roger Lemelin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Article de l'hebdomadaire « La semaine à Radio-Canada » sur l'adaptation radiophonique des Plouffe.

Photo : Radio-Canada / La semaine à Radio-Canada, du 15 au 21 février 1953

Le livre est donc déjà bien célèbre le 20 octobre 1952, lorsque les Plouffe font leur apparition au réseau français de Radio-Canada.

Réalisé par Guy Beaulne, le radioroman La famille Plouffe est diffusé durant 15 minutes du lundi au vendredi.

Un an plus tard, Roger Lemelin accepte de transporter ses personnages à la télévision.

65e anniversaire de La famille Plouffe à la télévision de Radio-Canada

Le téléroman se démarque du roman et de son adaptation radiophonique dont il constitue en quelque sorte le prolongement. Les situations mises en scène au petit écran sont entièrement différentes de celles que vivent quotidiennement les Plouffe à la radio.

La famille Plouffe est une chronique de la vie d’une famille ouvrière de la ville de Québec au terme de la Deuxième Guerre mondiale.

Une famille attachante, typiquement canadienne-française, à laquelle les téléspectateurs s’identifieront rapidement.

Extrait du premier épisode du téléroman avec Guillaume Plouffe (Pierre Valcourt), maman Joséphine (Amanda Alarie), Napoléon (Émile Genest) et Théophile (Paul Guèvremont).

Voici un extrait du premier épisode de La famille Plouffe diffusé le 4 novembre 1953 sur la chaîne CBFT Montréal. Il met en scène le fils Guillaume Plouffe (Pierre Valcourt) accueilli par sa mère Joséphine (Amanda Alarie) et son frère Napoléon (Émile Genest). Le jeune sportif rentre bien tard à la maison avec des traces suspectes sur son visage…

Fin observateur, l’auteur Roger Lemelin dépeint de façon réaliste le monde qui l’entoure, ses mœurs, son langage. Dans son téléroman, les répliques des personnages grouillent de vie. La bouffonnerie côtoie la vérité et les émotions avec des épisodes tantôt comiques, tantôt dramatiques.

Le héros de la famille Plouffe, c’est la famille entière. Tourmentés par des idéaux impossibles, les personnages de Roger Lemelin prennent la vedette à tour de rôle.

Techniciens et équipement sur le plateau de tournage de l'émission La Famille Plouffe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Équipe de tournage à l'œuvre sur le plateau de l'émission durant l'enregistrement du 18 février 1955.

Photo : Radio-Canada / Henri Paul

Les Plouffe constitue aussi une grande entreprise dans le milieu naissant de la télévision canadienne. Chaque mercredi soir, à 20 h 30, le téléroman est filmé et diffusé en direct à la télévision. Cinquante techniciens et artistes sont à l’œuvre. La demi-heure d’émission leur demande une vingtaine d’heures de travail.

L’auteur Roger Lemelin cesse d’ailleurs d'écrire des romans pour se consacrer entièrement à la rédaction des scénarios de La famille Plouffe. Bientôt, il devra également superviser leur traduction en langue anglaise.

The Plouffe Family dans le reste du pays

Roger Lemelin est devenu le premier écrivain canadien-français dont l'œuvre est passée de la radio à la télévision. Il marque aussi une première en diffusant son téléroman à la fois en anglais et en français.

Le 14 octobre 1954, The Plouffe Family entre en ondes sur les chaînes CBMT et CBOT du réseau anglais de Radio-Canada. Le téléroman est au programme le jeudi soir, au lendemain de sa diffusion en français sur CBFT.

Les interprètes sont les mêmes et ils jouent, à quelques détails près, de la même façon.

Assemblage d'extraits du premier épisode des Plouffe en version anglaise avec son équivalent en version originale française. L'extrait met en scène maman Joséphine (Amanda Alarie) et Théophile (Paul Guèvremont) ainsi que l'introduction de l'auteur Roger Lemelin. Réalisation: Jean-Pierre Petel

« Mesdames, Messieurs, La famille Plouffe tente ce soir un exploit unique dans l'histoire de la télévision canadienne. »

— Une citation de  Roger Lemelin

Dans ce montage d’archives, nous vous présentons les versions française et anglaise des épisodes des 13 et 14 octobre 1954, précédées par l’annonce de l’auteur. C’est tout un exercice auquel doivent se prêter les comédiens.

Dans l’extrait choisi, Théophile Plouffe (Paul Guèvremont) rentre à la maison après avoir fait une mauvaise chute de vélo. Maman Joséphine (Amanda Alarie) ne manque pas de lui faire des remontrances.

L’héritage des Plouffe

En janvier 1955, La famille Plouffe devient l’émission la plus populaire de la télévision canadienne. Elle tiendra l’antenne durant six années, jusqu’en juin 1959.

Entrevue de la journaliste Judith Jasmin avec l'auteur Roger Lemelin sur son téléroman «La famille Plouffe».

Où puisez-vous ces innombrables intrigues, tous ces personnages tellement vivants?, demande la journaliste Judith Jasmin à Roger Lemelin dans le cadre de l’émission Carrefour du 11 janvier 1956.

Je n’invente rien, assure l’auteur du téléroman La famille Plouffe. Tous ces personnages, c’est moi!

« Si on prend la peine de se hacher en petits morceaux, il y en toujours assez pour faire des personnages »

— Une citation de  Roger Lemelin

Roger Lemelin admet être très observateur. Son style d’écriture qui dépeint des situations presque en temps réel, soit sur deux ou trois heures, semble aussi bien seoir au nouveau médium de la télévision.

Il ne faut jamais courir deux lièvres à la fois, exprime l’auteur, qui aimerait également écrire pour le théâtre une fois son téléroman bouclé.

À l’antenne de Radio-Canada, le téléroman En haut de la pente douce, adapté de son premier roman, prendra le relais de La famille Plouffe de 1959 à 1961.

Extrait de l'émission spéciale sur les 10 ans de la télévision canadienne qui se penche sur le téléroman La Famille Plouffe. L'animateur Henri Bergeron s'entretient avec l'auteur Roger Lemelin, le réalisateur Jean-Paul Fugère et la comédienne Amanda Alarie.

Le 6 septembre 1962, à l’émission spéciale 10 ans déjà, l’auteur Roger Lemelin revient sur la transposition de son œuvre à la télévision.

« J'avais l'impression de me faire des séances. Je m'amusais énormément, je voyais mes personnages et je riais beaucoup plus que les téléspectateurs. Je pleurais avec eux. »

— Une citation de  Roger Lemelin

Il est interviewé par Henri Bergeron aux côtés du réalisateur du téléroman, Jean-Paul Fugère, et de l’interprète de maman Joséphine, Amanda Alarie. Ils s’entendent pour dire que La famille Plouffe a représenté un modèle pour les téléromans subséquents.

Les Plouffe au grand écran

Reportage du journaliste Paul Toutant sur le tournage du film Les Plouffe du cinéaste Gilles Carle. Le bulletin de nouvelles est présenté par Normand Harvey.

Dans les années 80, la famille Plouffe revit cette fois au cinéma. Pour le Téléjournal du 20 août 1980, le journaliste Paul Toutant assiste à la première journée de tournage du film Les Plouffe de Gilles Carle.

« Ça va intéresser, je crois, à peu près tout le monde parce que ce sont des personnages vrais qui vivent et qui s'adonnent par hasard de passer à l'écran. »

— Une citation de  Le cinéaste Gilles Carle

Alors que le téléroman de Radio-Canada s’éloignait de l’œuvre originale, Les Plouffe de Gilles Carle y revient. L’action du film se déroule dans les années 30 et 40 dans un Québec secoué par la guerre, la censure, la conscription.

Avec un budget de 5 millions de dollars, Les Plouffe deviendra en 1980 la production la plus coûteuse de l’histoire du cinéma québécois.

Une autre première pour une autre adaptation de l’œuvre de Roger Lemelin.

L’œuvre originale, le roman Les Plouffe, figure quant à elle dans la liste des livres incontournables d’ici à lire une fois dans sa vie.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.