•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie d'officiels dans le hockey mineur

Un arbitre de hockey mineur.
Un arbitre de hockey mineur. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

À l'instar de plusieurs régions au Québec, l'Abitibi-Témiscamingue manque d'officiels dans les ligues de hockey mineur. À Rouyn-Noranda, même si cela est exceptionnel, deux parties ont même dû être annulées cette saison.

Avec les informations de Piel Côté

La pénurie de main-d’œuvre qui sévit au Québec touche aussi les emplois étudiants.

Les jeunes ont le choix d'aller arbitrer ou de servir du café au Tim Hortons. Ils se font pas mal moins crier après au Tim Hortons, affirme d’emblée le président de l’organisation de Hockey Abitibi-Témiscamingue, Christian Beaulé, lui-même arbitre.

Christian Beaulé, président de Hockey Abitibi-TémiscamingueChristian Beaulé, président de Hockey Abitibi-Témiscamingue Photo : Gracieuseté : Hockey Abitibi-Témiscamingue

Il croit que les mentalités doivent évoluer.

C'est un sport émotif, reconnaît-il.

L'arbitre en chef de Rouyn-Noranda, François Allen, estime pour sa part qu'il est temps d'agir.

Ici c'est critique, c'en est quasiment désastreux, estime-t-il.

Un meilleur salaire

Christian Beaulé espère malgré tout que la rétention des arbitres sera meilleure, puisqu'on y a augmenté les salaires.

On a uniformisé tous les tarifs d'arbitrage en Abitibi-Témiscamingue. Ça s'est terminé par des hausses de salaire partout.

Christian Beaulé

Plusieurs parties étaient payées moins de 15 dollars, parfois même à 11, 12 ou 13 dollars pour l'équivalent d'une heure d'arbitrage en plus de la préparation.

Désormais, une partie Atome A, officiée par deux arbitres, sera rétribuée à la hauteur de 20 dollars.

Le bassin d'officiels de Val-d'Or en progression

Certaines associations sont moins touchées par la pénurie. C'est le cas à Val-d'Or par exemple, où le nombre d'officiels a plus que triplé dans la région depuis quatre ans.

Il y a quatre ans, l'Association de hockey mineur de Val-d'Or (AHMVO) comptait sur 10 officiels réguliers, contre 35 cette année.

La responsable des arbitres de la AHMVO, Amélie Parker, profite du fait que le quart des joueurs de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS) arbitrent.

La LHPS est une ligue dont la création est récente. La commission scolaire de l'Or-et-des-Bois délègue des équipes depuis 2 ans.

On a mis davantage de supervision. On les encadre beaucoup. En ayant des adultes plus régulièrement, c'est rare que j'aie un match sans adulte présent, soutient Mme Parker.

Que ce soit à Val-d'Or ou à Rouyn-Noranda, la position de juges de lignes est la plus populaire, particulièrement chez les jeunes officiels. Ils sont rares ceux qui acceptent la responsabilité d'arbitre en chef.

Abitibi–Témiscamingue

Hockey