•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Labeaume fait son deuil du troisième lien à l’ouest

Régis Labeaume et François Legault rient ensemble après leur rencontre. On aperçoit, à l’arrière-plan, le pont de Québec.
Regis Labeaume et Francois Legault Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

Régis Labeaume se résigne à ce que la construction du troisième lien routier entre Québec et Lévis se fasse à l'est des ponts, et non à l'ouest. Il admet également que le projet n'a pas besoin de son appui pour aller de l'avant.

Un texte de Louis Gagné

« Le premier ministre […] s'est fait élire là-dessus. Il faut respecter ça. Son projet, c'est un troisième lien à l'est. Je me vois mal me battre pour l'ouest actuellement. Ça ne serait pas une bonne idée », a déclaré le maire de Québec, jeudi, au terme de sa première rencontre avec François Legault.

Régis Labeaume a précisé que sa position sur le troisième lien n’avait pas changé. Avant d’appuyer le projet, il veut obtenir la preuve qu’il se traduira par un « gain net » pour Québec.

On va être à la table. On va voir comment ça va se passer, mais il a été élu là-dessus. Il faut respecter ça. On parle de démocratie.

Régis Labeaume, maire de Québec

« Le gouvernement fait ce qu'il veut »

À l’instar du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, Régis Labeaume reconnaît que la construction d’un troisième lien routier entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent ne requiert pas le feu vert de la Ville de Québec. Il apprécie toutefois que le gouvernement souhaite collaborer avec sa municipalité.

« Le gouvernement fait ce qu'il veut […] Il n'a pas besoin de la permission de la Ville de Québec pour faire tout ce qu'il a à faire là. On se comprend bien. Mais je comprends qu'ils veulent faire un partenariat puis ils veulent nous inclure. On sera là-dedans », a dit le maire.

Il a ajouté que l’interconnexion entre le troisième lien et le projet de transport structurant voulu par le gouvernement Legault ne changerait rien au tracé.

« C'est assez simple. S'il y a interconnexion avec un troisième lien à l'est, ça se fait tout naturellement à D'Estimauville, qui est le bout de la ligne à l'est qui est à peu près, si je ne me trompe pas, à 2-3 km du lien. Alors, ce n'est même pas compliqué », a insisté M. Labeaume.

Gilles Lehouillier en studioLe maire de Lévis, Gilles Lehouillier, explique ses chiffres Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Lehouillier invite Labeaume à se rallier

Un peu plus tôt jeudi, Gilles Lehouillier avait invité son homologue de Québec à se rallier au consensus régional autour du projet de troisième lien routier à l'est.

« Ça serait intéressant qu’il le fasse, mais il n’a pas à le faire, la décision du gouvernement est prise. Le nouveau gouvernement va aller de l’avant avec un troisième lien [mais] moi, je souhaiterais, évidemment, qu’il donne son appui à ce projet-là. C’est certain que c’est le monde idéal », a déclaré le maire de Lévis avant sa rencontre avec Andrew Scheer.

De passage dans la région de Québec, le chef conservateur a donné son appui à la construction d’un troisième lien routier.

« J’appuie le projet de troisième lien. Je pense que c’est important pour la croissance économique de la ville de Québec », a lancé M. Scheer au sortir d’un entretien avec le premier ministre François Legault.

Québec

Politique fédérale