•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scheer refuse de promettre la baisse des seuils d'immigration demandée par Legault

Le chef du Parti conservateur est resté flou sur ses intentions concernant l'immigration lors de sa visite à Québec.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Radio-Canada

Au terme d'une première rencontre avec François Legault, le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a refusé de promettre, s'il devient premier ministre du Canada l'an prochain, une baisse des seuils d'immigration au Québec. Il est resté flou concernant les demandes du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre), correspondant parlementaire à Québec

« J'ai écouté ses explications », s'est borné à répéter jeudi matin Andrew Scheer, devant l'édifice Honoré-Mercier qui accueille le bureau du premier ministre François Legault.

Ce dernier avait fait part de son intention, durant la dernière campagne électorale, de réduire d'environ 20 % l'ensemble des seuils d'immigration, soit l'immigration économique, les réfugiés et la réunification familiale. Ces deux dernières catégories sont uniquement gérées par Ottawa.

Selon l'entente entre le Québec et le gouvernement fédéral, qui permet en revanche au gouvernement provincial de choisir ses immigrants économiques, Québec ne peut décider, unilatéralement, de baisser l'ensemble de ces chiffres.

Dès son arrivée au pouvoir, François Legault a confirmé son intention de réduire à 40 000 le nombre de nouveaux arrivants dès 2019, contre plus de 52 000 en 2017. « C’est un recul qui est temporaire, le temps qu’on s’adapte, qu’on soit capable de mieux intégrer en emploi », a souligné le premier ministre, quelques heures après cet échange.

Scheer travaille sur son propre « plan » d'immigration

Au cours de cette rencontre qui aura duré près d'une heure, le premier ministre du Québec « a parlé de son intention d’avoir une immigration plus concentrée sur les besoins économiques du Québec », a révélé Andrew Scheer.

« C’est un enjeu, c’est important d’avoir un système d’immigration basé sur nos besoins », a-t-il concédé, tout en refusant de dire s'il accepterait de réduire les seuils d'immigration en cas de victoire électorale à l'automne 2019.

Affirmant néanmoins vouloir « donner plus de pouvoirs au gouvernement du Québec pour gérer son aspect de l’immigration », le chef conservateur a indiqué que le gouvernement fédéral devrait se concentrer « sur l'intégration » des nouveaux arrivants, qui sont les « bienvenus », en leur offrant davantage de « services ».

Andrew Scheer a précisé qu'il travaillait sur l'élaboration de son propre « plan sur l'immigration ».

Que pense-t-il de la promesse de François Legault de mettre en place un test des valeurs, dont le succès serait déterminant pour rester au Québec, alors qu'un tel examen existe au fédéral? Là encore, le député fédéral n'a pas voulu s'avancer, assurant respecter « le champ de compétence » du gouvernement québécois, tout en mentionnant qu'aucun projet de loi n'était sur la table pour le moment.

François Legault

François Legault a indiqué que des discussions vont être menées entre son gouvernement et l'équipe de Justin Trudeau pour baisser les seuils d'immigration.

Photo : Radio-Canada

Legault satisfait

François Legault s'est quant à lui montré satisfait de cet échange. « J'ai compris qu'il était ouvert à nos propositions », a-t-il déclaré, avant de rappeler son intention de récupérer « à moyen terme » la gestion du programme de réunification familiale.

Une rencontre sera d'ailleurs organisée « dans les prochains jours » entre son ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette, et des responsables fédéraux.

Hors de question, a-t-il également ajouté, de prendre part au nouveau plan fédéral. Celui-ci prévoit une augmentation graduelle du nombre de nouveaux arrivants au Canada, passant de 310 000 en 2018, à 350 000 dans trois ans.

Que le gouvernement fédéral veuille en accepter plus dans les autres provinces, c’est leur décision. Mais moi, j’ai été très clair autant avec Justin Trudeau qu’avec Andrew Scheer : pour quelques années, je veux réduire à 40 000.

François Legault, premier ministre du Québec

Appui pour le troisième lien à Québec

Andrew Scheer a donné son appui à la volonté de François Legault de construire un troisième lien entre Québec et Lévis. « Je pense que c’est important pour la croissance économique de la Ville de Québec », a-t-il annoncé, sans évoquer le financement de ce projet.

Il encourage « la liberté d'expression »

Durant cette courte mêlée de presse, le chef du Parti conservateur est resté évasif lorsqu'une question concernant l'interdiction du port de signes religieux pour les personnes en autorité lui a été posée. Soutient-il la volonté du gouvernement caquiste visant les juges, les enseignants, les policiers et les gardiens de prison?

Soutenant ne pas vouloir s'impliquer dans ce dossier, Andrew Scheer a néanmoins souligné soutenir « la liberté d'expression », le choix de la « religion » et « les libertés fondamentales ».

Le projet de loi repoussé au printemps

Le premier ministre Legault entend repousser au printemps le dépôt de son projet de loi sur les signes religieux. « Je crois que nous n'aurons pas le temps de le déposer avant Noël », a dit M. Legault.

Nous allons probablement le déposer au printemps.

François Legault, premier ministre du Québec

M. Legault n'a pas donné plus de détail sur ce report.

Jusqu'à maintenant, le premier ministre avait laissé entendre que c’était la priorité de son gouvernement et que ce serait un des tout premiers projets de loi de son mandat pour régler cette question rapidement.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique