•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ramener la paix au Yémen ne suffira pas à sauver ses enfants, dit l'UNICEF

Un enfant maigre et entubé repose sur une table,

Une nouveau-née yéménite souffrant de malnutrition sévère reçoit des soins dans un hôpital de la province du Hajjah, dans le nord-ouest du Yémen, le 31 octobre 2018.

Photo : AFP/Getty Images / Essa Ahmed

Agence France-Presse

Mettre fin à la guerre au Yémen ne sera pas suffisant pour sauver les enfants de ce pays pauvre, a prévenu jeudi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), alors que les États-Unis appellent à une reprise des négociations entre belligérants.

« Ce dont nous avons besoin, c'est mettre fin à cette guerre et [instaurer] un mécanisme gouvernemental qui se concentre sur les gens et les enfants », a déclaré le directeur de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Geert Cappelaere.

« Mettre fin à la guerre n'est pas suffisant », a-t-il souligné, en rappelant que le conflit « exacerbe une situation déjà mauvaise en raison d'années de sous-développement », dans ce pays le plus pauvre de la région.

Sur les 14 millions de Yéménites menacés par la famine, plus de la moitié sont des enfants, a indiqué M. Cappelaere.

Aujourd'hui, 1,8 million d'enfants âgés de moins de cinq ans sont en situation de malnutrition aiguë.

Geert Cappelaere, directeur de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord

Plus de 6000 enfants ont été tués ou blessés depuis l'intervention en mars 2015 d'une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite en soutien au gouvernement yéménite.

« Il s'agit de chiffres que nous avons pu vérifier, mais nous pouvons dire sans risque de nous tromper que leur nombre est en réalité bien plus élevé », a prévenu M. Cappelaere.

Un garçon couché est couché sur un lit, de dos, et il est si maigre que sa colonne vertébrale est particulièrement en évidence. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ghazi Ali bin Ali, un garçon yéménite de 10 ans, souffre de malnutrition sévère­ et reçoit des traitements dans un hôpital situé près de Taiz, le 30 octobre 2018.

Photo : AFP/Getty Images / Ahmad Al-Basha

Selon l'ONU, le conflit a fait près de 10 000 morts, en majorité des civils, et a provoqué la pire crise humanitaire au monde. Des ONG de défense des droits de la personne estiment que le bilan serait cinq fois plus important.

La guerre au Yémen oppose les forces progouvernementales et la coalition aux rebelles houthis, soutenus par l'Iran et qui se sont emparés en 2014 et 2015 de vastes régions du pays, dont la capitale Sanaa.

L'Arabie saoudite a été accusée à plusieurs reprises de bavures ayant coûté la vie à des centaines de civils.

Mardi, le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a exigé la fin des frappes aériennes de la coalition menée par Riyad. Il a aussi appelé à ouvrir des négociations de paix « d'ici 30 jours ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Conflits armés

International