•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ancien campement de chasse des Autochtones révèle peu à peu ses secrets

Les archéologues et techniciens fouillent deux zones où on a découvert des artefacts.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Radio-Canada

Une équipe d'archéologues et de techniciens mettent au jour des milliers d'objets dans un ancien campement de chasse des Autochtones, dans la région de Sussex, au Nouveau-Brunswick.

Les lieux sont soumis à des travaux archéologiques avant la construction de la route d'accès au sentier Fundy.

Les archéologues croient qu’il s’agit du premier site d'embuscade de chasse au caribou découvert au Nouveau-Brunswick. La hauteur du campement aurait permis aux chasseurs de piéger l'animal.

À l'époque, il y avait encore le caribou ici. Ils ont un comportement comme ils suivent toujours les mêmes routes. Donc, ici avec la coulée qui va vers les lacs, les gens établis ici devaient savoir qu'ils passaient tous les ans. Ils attendaient dans la tente pour pouvoir le chasser probablement à l'automne et ils passaient l'hiver ici peut-être, explique l'archéologue Christian Thériault.

Les chercheurs mettent au jour des milliers d'objets datant de plus de 3000 ans.

On a plusieurs pointes de lance, une centaine au moins. On a des bifaces à plusieurs étapes de la construction [...] Ils pouvaient s'en servir pour faire des couteaux, ou c'était juste des ébauches pour faire des pointes de lance, précise M. Thériault.

Une femme fouille le sol avec une truelle

Les travaux devraient se poursuivre encore deux ou trois semaines.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

On a quatre foyers. C’était des feux, d’anciens feux de camp. On a du charbon, on en a une là bas ou on a des ossements calcinés, indique l’archéologue.

Des analyses des ossements et des résidus de protéine sur les artefacts pourraient confirmer qu'on chassait le caribou sur ces lieux.

Les objets découverts sont soigneusement catalogués. Chaque semaine, on les amène au bureau d'archéologie. Pendant l'hiver, on va les analyser, et après on va rédiger un rapport qui va être prêt pour le printemps prochain, explique M. Thériault.

Des pointes de lance ou de flèches en pierre sortent du sol.

Des milliers d'objets façonnés par l'Homme sont mis au jour.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Ce qui me fascine, c'est de pouvoir mieux comprendre comment les gens occupaient le territoire à l'époque. C'est toujours ce qui m'a fasciné en fait dans l'archéologie. Comprendre la relation de l'homme et de la nature, ajoute Christian Thériault.

Ces découvertes pourront aussi servir de modèles, afin d'éviter la construction de route sur des sites similaires.

Les fouilles devraient être terminées d'ici deux à trois semaines.

D’après un reportage de Camille Bourdeau

Nouveau-Brunswick

Archéologie