•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un diplôme en France et un au Québec

L'entrée du Cégep de Chicoutimi. Affiche en avant-plan et édifice en arrière-plan. Vue sur le stationnement.

Le Cégep de Chicoutimi

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dès janvier, des étudiants français pourront poursuivre leurs études au Cégep de Chicoutimi pour obtenir deux diplômes : un du Cégep et l'autre de leur lycée en France.

Quatre premiers étudiants arriveront ainsi dans deux mois afin d’obtenir une double diplomation en diététique.

À l'automne, une autre cohorte viendra étudier en comptabilité et gestion.

Les élèves devront d’abord commencer leur parcours dans un lycée français.

Souvent, l'étudiant va faire deux années d'étude dans un domaine X, donc au bout de ces deux ans-là, il va avoir le diplôme français.La possibilité qu'il a maintenant, c'est de compléter ses études au Québec, au Cégep de Chicoutimi. Ça peut être un an, un an et demi dépendant de la discipline et de la provenance de l'étudiant et il obtient par la suite son diplôme québécois, explique le directeur aux communications du Cégep de Chicoutimi, Éric Émond.

Adapter son approche

Les enseignants en comptabilité et gestion ainsi qu’en diététique travaillent actuellement à modifier leurs cours afin que les nouveaux étudiants puissent bien s’intégrer aux programmes présentés à Chicoutimi.

Ça nous oblige, les enseignants, à se questionner parce que les étudiants français arrivent avec un bagage qui est différent de nos étudiants québécois.

Josée Gauthier, enseignante en comptabilité et gestion, Cégep de Chicoutimi

L’enseignante donne l’exemple de la formation en comptabilité qui est enseignée différemment d’un pays à l’autre.

La main d'une femme sur une calculatrice. La calculatrice est posée sur des feuilles où l'on voit des colonnes de chiffres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une étudiante fait des calculs dans un cours de comptabilité au Cégep de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

L’Amérique qui ouvre des portes

Plusieurs raisons poussent les Français à venir étudier dans la province.

L’attrait du Québec et de ses grands espaces en est une.

Le directeur aux communications du Cégep de Chicoutimi souligne que la possibilité d’obtenir un emploi après leurs études est un autre facteur déterminant.

L'accès à l'emploi est beaucoup plus facile ici au Québec par rapport en France spécialement pour les jeunes qui sortent de l'école.

Éric Émond, directeur aux communications, Cégep de Chicoutimi

Trois lycées ont signé des ententes avec le programme en diététique jusqu'à maintenant, un seul l'a fait en comptabilité et gestion.

Le Cégep de Chicoutimi travaille actuellement à mettre en place de nouveaux partenariats dans d'autres disciplines.

D'après un reportage de Mélissa Savoie-Soulières

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation