•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alex Harvey laisse planer le doute sur son avenir

Alex Harvey à l'entraînement.

Alex Harvey à l'entraînement sur le parcours de la Glisse boréale, à la forêt Montmorency, dans la réserve faunique des Laurentides

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Même s’il a évoqué l’an dernier la possibilité de prendre sa retraite en 2019, le fondeur Alex Harvey attendra la fin de la saison avant de se prononcer sur son avenir.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Le skieur de Saint-Ferréol-les-Neiges s’envolera dans une dizaine de jours pour l’Europe en préparation pour la nouvelle saison de Coupe du monde qui pourrait être sa dernière. Mais Harvey laisse planer le doute.

« Honnêtement, je ne le sais pas encore, répond le skieur de 30 ans. Et de me projeter quatre ans en avant pour un autre cycle olympique, c'est un peu loin. À partir de maintenant, j’y vais une saison à la fois. »

Alex Harvey rappelle que préparer une saison parmi l’élite mondiale du ski de fond représente beaucoup de travail et de sacrifices. L’horaire d’entraînement est très exigeant et il passe énormément de temps loin de ses proches.

« Ça fait depuis 2009 que je n’ai pas passé Noël chez moi. C’est un mode de vie. Il faut vivre le ski de fond 24 heures sur 24. J’adore encore faire ce travail-là et je veux continuer. »

Tant que la motivation à faire tous ces sacrifices y sera, Alex Harvey compte demeurer en piste. Pourvu que les résultats soient au rendez-vous, parce que le Québécois n’a pas l’intention d’être un figurant parmi le peloton.

« Je n’ai pas envie de me battre pour surfer la vague juste pour rester dans les 30 meilleurs au monde. Je veux me battre pour un podium à chaque fois que j’enfile le dossard. C’est ça qui m’allume, c’est ça qui me motive. [Faire] des sacrifices à l’entraînement pour au final régresser, moi, je ne suis pas prêt à faire ça. »

En forme et affamé

Tout juste revenu de Mammoth Lake, en Californie, où il a pris part à un camp de préparation en altitude, Alex Harvey s’entraîne ces jours-ci dans les sentiers de la forêt Montmorency, dans la réserve faunique des Laurentides.

Fort de la meilleure saison de sa carrière en Coupe du monde l’an dernier, Alex Harvey entame cette saison avec beaucoup de confiance et en bonne condition physique.

« J’ai eu la chance de faire des compétitions en skis à roulettes cet été en Norvège et de vraiment me comparer aux meilleurs au monde. J’ai eu de super bons résultats et, surtout, de bonnes réponses au niveau de la forme. »

Il assure que sa 4e position crève-coeur au 50 km des Jeux olympiques à Pyeongchang, en Corée du Sud, n’a rien brisé de son désir de se battre pour la victoire à chaque course, bien au contraire.

« Je dirais que la motivation est presque plus là encore parce que tu veux battre les compétiteurs qui t’ont battu aux Jeux, dit-il. C’est sûr, il y avait une déception au lendemain des Jeux, mais quelques semaines plus tard, ce n’était plus une déception. J’étais fier de ce que j’avais accompli là-bas. »

Défendre son titre de champion du monde

Son objectif principal de la saison sera de défendre son titre de champion du monde acquis au 50 km style libre en 2017, à Lahti, en Finlande. Les Mondiaux auront lieu à Seefeld, en Autriche, du 23 février au 3 mars.

Puis quelques semaines plus tard, le fondeur conclura sa saison de Coupe du monde en renouant avec ses partisans sur les plaines d’Abraham, le parcours où il a vécu l'un des beaux moments de sa carrière.

En mars 2017 à Québec, Alex Harvey avait remporté des médailles d’or et d’argent devant une foule bruyante et il espère en faire autant en 2019.

Est-ce qu’une belle performance à la maison pourrait le convaincre de se retirer sur une bonne note?

« Je veux partir et m’arrêter sur un high. Je n’ai pas envie de commencer à décroître et avoir des performances qui me déçoivent trop souvent, avance Harvey. Mais [ma décision] va passer par l’entraînement. Tout va s’arrêter avec ça. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !