•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Longueuil va déverser des eaux usées dans le fleuve durant huit jours

La station de pompage Lafrance est située sur l'île Charron, près du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.
La conduite à remplacer est située sous le fleuve, entre la Rive-Sud et l'île Charron. Photo: Ministère des Transports du Québec
Radio-Canada

Près de 150 millions de litres d'eaux usées seront déversés dans le fleuve à la mi-novembre, a appris Radio-Canada. Le déversement est rendu nécessaire par des travaux majeurs sur une conduite située sous l'eau entre la Rive-Sud et l'île Charron.

Un texte de Thomas Gerbet

Selon nos informations, des fissures ont été détectées sur une conduite d'eaux usées large de 90 centimètres qui passe sous le fleuve, entre la station de pompage Lafrance du Vieux-Longueuil et le Centre d'épuration Rive-Sud (CERS), sur l'île Charron.

Les eaux usées déversées représenteraient 7 % des rejets de l'agglomération de Longueuil. Les quantités seraient donc bien plus faibles que lors du grand déversement des eaux usées à Montréal, où le tiers des rejets d'égouts – près de 5 milliards de litres – avaient été déversés.

Le déversement pourrait atteindre 150 millions de litres, puisqu'il est évalué à 3 % du volume du grand déversement montréalais. Il se déroulera du 15 au 22 novembre.

Le ministère de l'Environnement du Québec a autorisé le déversement le 25 octobre. La demande a été soumise le 12 septembre. La Ville de Longueuil invite les médias à une séance d'information technique à ce sujet jeudi, à 14 h.

Des boudins seront installés pour retenir les matières solides. Les villes en aval, Boucherville, Varennes et Contrecoeur, ont été informées.

« On va porter une attention plus grande à notre prise d'eau potable », dit le maire de Varennes, Martin Damphousse, précisant que l'eau brute est traitée. Il ne s'inquiète pas de la situation en raison du très fort débit d'eau du fleuve.

Invité à réagir, le conseiller municipal d'opposition à Longueuil Jacques E. Poitras regrette d'être placé devant le fait accompli. « Nous avons été mis au courant de la situation beaucoup trop tard pour pouvoir nous impliquer. Ça soulève plus de questions que de réponses. C’est inquiétant », a-t-il dit.

Longueuil souhaite mener les opérations avant que le fleuve gèle. La Ville a fait valoir que l'impact sur les poissons serait moins important au mois de novembre, car la période de frai est terminée. La température plus basse limiterait aussi la prolifération des bactéries.

Longueuil avait déjà déversé des eaux usées dans le fleuve en 2012.

Au début de 2018, la Ville de Québec a déversé 46 millions de litres d'eaux usées en raison de travaux à un poste de pompage. En 2016, la capitale provinciale avait aussi déversé 135 millions de litres.

« C'est inquiétant qu'on doive se rendre là, dit la députée provinciale de Marie-Victorin, Catherine Fournier. En 2018, il devrait être impensable de se permettre de rejeter des eaux usées, surtout en aussi grande quantité, dans notre fleuve. Nous devons être plus ingénieux que ça! »

Le député fédéral de Longueuil–Saint-Hubert, Pierre Nantel, a également tenu à réagir. « À titre de bénévole au nettoyage des berges depuis de nombreuses années, c’est toujours avec circonspection que je constate ce genre d’archaïsme », a-t-il lancé.

Le grand déversement d'eaux usées de Montréal, en 2015, avait mis en lumière les défis que posent les infrastructures d'égouts. Puisqu'aucune dérivation n'existe, la plupart du temps, il devient impossible d'éviter un déversement quand des travaux sont nécessaires dans les structures.

Pollution

Environnement