•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : refusez de répondre, mais ne mentez pas aux douaniers américains 

Poste frontalier américain
Avec la légalisation du cannabis au Canada, des citoyens ne savent pas comment répondre aux questions des douaniers américains Photo: Associated Press / Elaine Thompson

À la place de mentir ou d'admettre que vous avez consommé du cannabis au passage de la douane américaine, un avocat conseille plutôt aux gens de gagner du temps et de refuser d'aborder le sujet.

Pour Henry Chang, un avocat de Toronto contacté par CBC, mentir est une très mauvaise idée : « vous pourriez être banni de manière permanente de l’entrée aux États-Unis. »

Des habitants d’Estevan, en Saskatchewan, se sont ainsi fait refouler à la frontière avec les États-Unis pour avoir avoué avoir consommé de la marijuana. Selon le maire de ville, Roy Ludwig, certains de ses concitoyens pensent que mentir est un bon moyen pour franchir la frontière.

Si vous mentez et dites que vous n’avez jamais fumé et qu'ils le découvrent, c'est un obstacle permanent pour fausse déclaration, ce qui est très grave.

Henry Chang, avocat

L'avocat propose comme alternative de gagner du temps : « Refusez de répondre à la question. Dites que ce n'est pas pertinent. Dites que vous ne savez pas pourquoi cette question est posée ». Refuser empêchera le citoyen canadien d'accéder au territoire américain, mais ne le bannira pas et cela lui laissera le temps de consulter un avocat, selon Henry Chang.

Il conseille également aux voyageurs de ne pas avouer avoir consommé de la marijuana, car cela entraînerait des complications. Toutefois, si le consommateur est un débutant curieux qui a acheté du cannabis à un vendeur légal au Canada, « ça devrait aller », selon l’avocat.

Par contre, si le consommateur avoue être un client régulier, une interdiction du territoire américain sera appliquée.

« Ils pourraient conclure que vous êtes un toxicomane. Vous serez interdit pour ce motif, indépendamment du fait que ce soit légal ou non », ajoute Henry Chang. À ce moment-là, il faudra que le consommateur prouve auprès d’un médecin agréé par les douanes américaines qu’il n’est pas un toxicomane. Les résultats des tests seront envoyés directement à la douane.

Deux autres situations pourraient faire en sorte que des citoyens canadiens soient bannis du territoire américain : être condamné pour possession de marijuana et avouer avoir consommé de la marijuana avant sa légalisation par le gouvernement canadien le 17 octobre.

Avec les informations de CBC

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants