•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Succès d'estime pour le programme « Troque ton ticket »

Les agents Olivier Archambault et Sylvain Brousseau patrouillent à vélo dans un paysage d'automne.

Les agents Olivier Archambault et Sylvain Brousseau patrouillent à vélo.

Photo : SPVM

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les piétons et cyclistes sont relativement peu nombreux à participer au programme « Troque ton ticket », qui leur permet d'éviter de payer une contravention en suivant une formation sur la sécurité routière. Nous avons rencontré quelques-uns de ceux qui ont choisi de suivre la formation, et ils semblent avoir aimé leur expérience.

Un texte de René Saint-Louis, journaliste à l'émission Le 15-18

Le programme « Troque ton ticket » est offert depuis deux ans sur l'île de Montréal et depuis trois ans dans l'agglomération de Longueuil par les services policiers respectifs des deux agglomérations.

Le 16 octobre dernier, huit cyclistes ont participé à une séance d'information et de prévention en sécurité routière dans un petit centre communautaire de Senneville, dans l'Ouest-de-l’Île de Montréal.

C'était la dernière séance de la saison estivale. Au cours de l'été, les groupes réunissaient souvent plus d'une trentaine de personnes.

« Troque ton ticket » a vu le jour en 2016 à Longueuil. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a repris l'idée l'année suivante. La première année, quatre postes de quartier l'ont offert. Il y en a eu neuf cette année, et il y en aura davantage en 2019, promet Roxane Rivard, conseillère en sécurité routière au SPVM.

« Troque ton ticket », comme son nom l'indique, permet à des cyclistes et à des piétons qui ont reçu une contravention de l'échanger contre une séance de formation de deux heures. Le constat d'infraction est alors tout simplement annulé. On ne peut participer qu’une fois au programme.

Roxane Rivard souligne que, contrairement aux automobilistes, les cyclistes et les piétons n'ont pas à « passer leur permis ». Certains n'ont donc jamais étudié le Code de la sécurité routière. Les policiers se font donc souvent dire « je n'étais pas au courant » ou « je ne le savais pas » lorsqu'ils remettent des constats.

En démystifiant les règles de sécurité routière et en améliorant les comportements des cyclistes et des piétons, le SPVM espère à long terme améliorer le bilan routier.

« Un des objectifs de la campagne, c'est de diminuer nos collisions graves et mortelles. Mais le projet est encore trop jeune pour qu'on puisse voir une évolution par rapport à ce programme-là. »

— Une citation de  Roxane Rivard, conseillère en sécurité routière au SPVM
Un policier dans une salle de formation
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le policier Olivier Archambault lors de la dernière séance de Troque de Ticket

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Un programme peu populaire...

Sur l'île de Montréal, il faut qu'au moment de vous remettre un constat d'infraction, le policier vous invite à « troquer votre ticket ». Un peu plus de la moitié des cyclistes et des piétons invités à le faire ont assisté aux séances de formation offertes en 2017 et 2018. Les cyclistes sont plus nombreux à s'inscrire, probablement parce que le montant des constats d'infraction est plus élevé que pour les piétons. Mais après deux ans, le cap des 1000 participants n'a pas encore été atteint.

À Longueuil, le taux de participation est encore plus faible : 36 % en 2016, et 38 % en 2017. Le programme est cependant ouvert à tous les citoyens qui reçoivent une contravention. Le cap des 1000 participants a été dépassé au cours de l'été 2018.

... mais apprécié

Lors de la séance du 16 octobre dernier à Senneville, les participants ont semblé aimer l'expérience.

« Je me sentais comme punie en arrivant », affirme Bouchra, qui ne regrette pas d'avoir troqué son ticket. « J’ai appris à me comporter comme une voiture quand je fais du vélo, alors que j’avais tendance à me comporter comme un piéton », dit-elle. Elle donne en exemple la façon dont elle doit agir pour virer à gauche à une intersection qui comporte plusieurs rangées de voitures.

Étienne est aussi arrivé à reculons, « juste pour éviter le ticket ».

« Oui, j'ai trouvé ça utile. J'ai trouvé ça bien qu'on mette l'accent sur la sensibilisation. Souvent, on reçoit un ticket et on a l'impression que c'est juste de la répression. Mais là, il y avait vraiment une volonté de me montrer pourquoi j'avais un ticket, pourquoi il y avait ce règlement-là, et je l'ai compris. »

— Une citation de  Étienne, participant à « Troque ton ticket »

Les policiers qui donnent la formation sont des patrouilleurs à vélo. Ils affirment vouloir avant tout inculquer la notion de risque aux participants.

« Les arrêts obligatoires, c'est notre problème majeur. Les gens s'en foutent carrément. Les gens ne le font pas et ne regardent pas. Déjà ne pas le faire, c'est une chose, mais de ne pas regarder s'il y a un véhicule qui s'en vient… Ce n'est pas juste pour le billet, mais c'est vraiment pour leur sécurité. »

— Une citation de  Sylvain Brousseau, policier au SPVM

Son collègue Olivier Archambault abonde dans le même sens. Il dit vouloir faire prendre conscience aux cyclistes de leur vulnérabilité.

« Un cycliste, dit-il, ne gagnera pas contre une auto, contre un véhicule lourd. Le cycliste pense s'être fait voir, pense avoir la priorité, mais ce n'est pas nécessairement le cas. Les gens prennent trop de risques. »

Le programme « Troque ton ticket » sera de retour en 2019 autant sur l'île de Montréal que dans l'agglomération de Longueuil. Les deux corps de police, le SPVM et le Service de police de l'agglomération de Longueuil, comptent même offrir davantage de séances de formation afin de rejoindre un plus grand nombre de cyclistes et de piétons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !