•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rachel Notley : « Environnement et économie peuvent aller de pair »

Une femme aux cheveux courts et blonds prend la parole au microphone avec en arrière-plan des drapeaux canadiens et albertains.
La première ministre albertaine, Rachel Notley, s'est adressée mercredi aux membres du Syndicat des Métallos, réunis en congrès à Kamloops, en Colombie-Britannique. (photo d'archives) Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a réitéré l'importance économique du projet de pipeline Trans Mountain et affirmé que celui-ci ne se ferait pas aux dépens de l'environnement, dans un discours au Congrès 2018 du Syndicat des Métallos, à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Un texte de Dominique Lévesque

« Ce serait insensé d’annuler le projet d’expansion du pipeline Trans Mountain et de dépendre du pétrole d’Arabie saoudite ou des États-Unis, alors qu’il y a une solution canadienne », a déclaré Rachel Notley.

Elle a également souligné que le projet créerait des milliers d’emplois et des milliards de dollars en revenus pour l’économie canadienne.

C’est ridicule, ce devrait être nos revenus, pas ceux des Américains.

Rachel Notley, première ministre albertaine

Environnement

L’Alberta est une chef de file dans le domaine environnemental, a dit la première ministre, en soulignant les limites que sa province a prévues pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Il faut enrayer le mythe selon lequel le progrès économique ne peut se faire que par un impact négatif sur l’environnement.

Rachel Notley, première ministre albertaine

« Nous devons également amener les travailleurs dans les discussions qui les touchent », a -t-elle affirmé devant un public conquis, en leur confiant qu’elle est elle-même membre du Syndicat des Métallos.

La première ministre a aussi dit qu'elle était déçue qu'Ottawa ne prenne pas rapidement les mesures pour corriger le manque de consultations avec les Premières Nations pour faire avancer le projet.

Colombie-Britannique et Yukon

Énergie