•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa se penchera sur les avantages des ex-gouverneurs généraux

Le premier ministre Justin Trudeau
Le premier ministre souhaite rendre plus transparente la gestion des dépenses des ex-gouverneurs généraux. Photo: La Presse canadienne / Chris Young

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé qu'il réévaluera les avantages consentis par Ottawa aux anciens gouverneurs généraux. Les états financiers du fédéral révèlent ainsi qu'Adrienne Clarkson, qui a représenté la reine de 1999 à 2005, a facturé plus d'un million de dollars en dépenses depuis son départ.

« Nous allons nous pencher sur ce qui constitue les meilleures pratiques en matière de soutien offert à ceux qui ont servi le pays en tant que gouverneurs généraux », a confié M. Trudeau à la presse mercredi matin.

« Ce sont des gens qui ont répondu à l'appel et qui ont rendu un très grand service à ce pays », a-t-il ajouté.

Les Canadiens s'attendent à un certain niveau de transparence et d'imputabilité, et nous allons nous assurer d'aller de l'avant en ce sens de façon réfléchie.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

En plus d'une pension, les anciens gouverneurs généraux peuvent obtenir du financement de l'État pour des dépenses professionnelles et des voyages. Le programme existe depuis 1979 et s'appuie sur la notion voulant que les représentants de la reine ne prennent jamais complètement leur retraite.

Mme Clarkson a ainsi facturé au gouvernement plus de 100 000 $ à 9 reprises au cours des 13 années écoulées depuis qu'elle a quitté Rideau Hall, le 27 septembre 2005.

Il s'agit là du montant minimal pour que les dépenses soient incluses dans les Comptes publics du Canada, un rapport détaillé des dépenses du gouvernement fédéral.

Des ex-gouverneurs sollicités

L'annonce du gouvernement Trudeau a entraîné une réaction officielle de Rideau Hall, la résidence des gouverneurs généraux, qui, tout en défendant cette pratique du soutien financier accordé aux anciens titulaires du poste, a exprimé son appui à la démarche d'Ottawa.

« Une fois que les gouverneurs généraux ont terminé leur mandat, on s'attend toujours à ce qu'ils restent des personnalités canadiennes », a expliqué Natalie Babin Dufresne, directrice des communications au bureau du secrétaire du gouverneur général.

« Cette attente [...] signifie qu'ils sont régulièrement sollicités pour soutenir diverses causes, participer à des événements importants et mener des activités officielles. Les politiques gouvernementales prévoyant le soutien dont ont besoin les anciens gouverneurs généraux pour cette vie publique devraient être revues régulièrement. »

Toujours selon Mme Babin Dufresne, ce soutien financier couvre « les dépenses administratives raisonnables et justifiées », ce qui comprend du soutien administratif, des frais de bureau, le coût du mobilier de bureau, des services professionnels, ou encore les coûts de déplacement et d'hébergement.

On exige par ailleurs les originaux des reçus et autres factures lors du dépôt d'une demande de remboursement.

Chez les conservateurs, le député Gérard Deltell a invité Mme Clarkson à fournir davantage de précisions sur ses dépenses. « Lorsque vous dépensez un cent de l'argent public, vous devez vous expliquer – particulièrement quand vous avez été gouverneure générale », a-t-il déclaré.

M. Deltell souhaite cependant attendre d'éventuelles explications avant d'envisager d'imposer un plafond aux dépenses des anciens représentants de la reine.

Avec les informations de CBC News, et La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique