•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

UQAT : Moins de ressources psychologiques, plus de conséquences?

Un homme en détresse psychologique

Un homme en détresse psychologique

Photo : iStock

Radio-Canada

L'Association générale étudiante de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (AGEQAT) est préoccupée par la santé mentale de ses étudiants.

Cette semaine, l'Union étudiante du Québec a lancé une enquête sur la santé mentale des jeunes sur les campus universitaires.

Selon la présidente de l'AGEUQAT, Amélie Cloutier, le manque de ressources dans les campus de la région est aussi une source d'inquiétude.

C'est qu'on a juste accès à des travailleuses sociales. À l'UQAT, au campus de Rouyn-Noranda, on a juste une travailleuse sociale à temps plein. Ce qu’elle fait, ce sont des rencontres, mais on ne peut pas faire des activités avec elle, parce qu'elle est déjà surchargée, donc on ne peut pas aller plus loin avec elle, soutient Mme Cloutier.

On n’a pas accès, comme d'autres universités, à des psychologues aussi. Donc, on sait qu'on n’a pas autant que d'autres et on se demande si cela a un impact sur nos étudiants de ne pas avoir autant de ressources.

Amélie Cloutier, présidente AGEUQAT

Abitibi–Témiscamingue

Santé mentale