•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec ne gèlera pas pour l'instant la rémunération des médecins spécialistes

Christian Dubé

Christian Dubé est chargé des négociations pour revoir l'entente avec les médecins spécialistes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de François Legault ne gèlera finalement pas, dans l'immédiat, les augmentations prévues pour les médecins spécialistes. Chargé des négociations avec ces derniers, le président du Conseil du Trésor dit vouloir, dans un premier temps, prendre connaissance de l'accord signé par le gouvernement précédent. La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) salue l'approche choisie par Québec.

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre), correspondant parlementaire à Québec

« Avant de parler de gel [des rémunérations] ou quoi que ce soit, on a besoin de bien comprendre l’entente », a expliqué Christian Dubé, mercredi matin, avant le début du Conseil des ministres du gouvernement caquiste.

La semaine passée, François Legault avait pourtant annoncé une suspension de la hausse des augmentations consenties aux médecins spécialistes (11,2 % d’ici 2023) par le gouvernement de Philippe Couillard. Celles-ci avaient été vivement critiquées par les différentes oppositions de l’époque.

« Il n'y aura pas les augmentations prévues et elles seront mises en fiducie », avait déclaré le 24 octobre François Legault.

Dubé veut « comprendre les chiffres »

« En ce moment, il n’y a pas de gel, parce qu’on veut comprendre les chiffres qu’il y aurait à geler, si gel il y avait. Il faut que je comprenne les chiffres », a répété l’ancien vice-président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Christian Dubé, en évoquant une entente « assez complexe ».

Le président du Conseil du Trésor a rappelé vouloir lancer rapidement l'étude comparative, déjà annoncée par les libéraux, qui n'avait pas encore été mise en oeuvre. Une rencontre a été organisée à cet effet mercredi matin avec la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francoeur, qui souhaite que cette analyse soit menée avec toutes les provinces canadiennes, et non pas uniquement avec l'Ontario.

Le devis pour cette étude devrait être signé « d’ici deux semaines », a souligné le ministre. Le rapport de ce dossier est attendu pour le 1er septembre 2019.

Diane FrancoeurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, se dit ravie du changement de ton au sein du nouveau gouvernement.

Photo : Radio-Canada

La FMSQ ravie du changement de ton

La FMSQ ne souhaite pas s’avancer sur les résultats de cette enquête et sur un possible bras de fer avec le gouvernement de François Legault. Ce dernier, au cours de la dernière campagne électorale, avait évoqué la possibilité de réaliser des économies d’un milliard de dollars en renégociant cette entente.

« Il faudrait qu’il ait une raison pour récupérer [cette somme] », a affirmé Diane Francoeur, au cours d’une mêlée de presse dans les locaux de l’Assemblée nationale, tout en assurant que les médecins spécialistes sont en train de réaliser les promesses formulées dans le cadre de l'entente menant à une hausse de leur rémunération.

Je pense que M. Legault va être capable de voir les résultats qui sont là. Je pense que M. Legault n’aura pas envie d’avoir de la confrontation avec les médecins spécialistes. On livre la marchandise jusqu’à maintenant.

Diane Francoeur, présidente de la FMSQ

« On a dit qu’on va donner des services à la population, on a commencé, a-t-elle poursuivi. Avez-vous entendu parler de pénurie d’anesthésie cet été? Presque pas. C’est du jamais vu, ça va continuer. »

La présidente du syndicat a par ailleurs souligné le changement de ton des discussions, devenues « très agréables » par rapport à celles menées avec l’ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

« On est dans la collaboration, on n’est pas dans la confrontation, salue-t-elle. Dans la collaboration, on est pas mal plus efficaces pour donner des services aux citoyens. »

« Ça a été 3 ans et demi de confrontation où c’était my way or no way. Maintenant, on est capables d’échanger pour avoir des résultats », a-t-elle ajouté.

Avec cette étude comparative, qui apportera « des résultats fiables », la FMSQ compte prouver que la nouvelle rémunération des médecins spécialistes n’est pas usurpée.

« Nous, on n’a aucune envie de faire des cachettes, a-t-elle promis. On en a mangé tout une l’année passée et on veut que ce soit derrière nous. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !