•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme de l'aide sociale : la banque alimentaire de Toronto s'inquiète

Photo d'un homme qui enlève un ruban autocollant autour de boîtes de nourriture et de citrouilles.
La banque alimentaire Daily Bread de Toronto a enregistré une hausse de 14 % de la demande depuis 2008. Photo: CBC/Joe Fiorino

La banque alimentaire Daily Bread de Toronto appréhende une hausse d'achalandage liée à la réforme provinciale de l'aide sociale. Le gouvernement de Doug Ford doit donner plus de détails à ce sujet la semaine prochaine.

Dans son rapport annuel dévoilé mercredi, la banque alimentaire fait état d'une hausse de la demande de 14 % depuis la récession de 2008, en dépit d'une baisse d'achalandage de 4,7 % pour la dernière année.

Après avoir pris le pouvoir l'été dernier, les conservateurs ont réduit de moitié la hausse prévue de 3 % des prestations d'aide sociale, en plus de suspendre un projet pilote sur le revenu minimum garanti.

Nous ne voulons pas aller de l'avant avec le programme décousu et éparpillé en silos, a déclaré en Chambre la ministre des Services sociaux et communautaires, Lisa MacLeod.

Nous allons nous pencher sur ce programme de 10 milliards de dollars dont dépendent 1 million de personnes et voir comment les remettre sur les rails avec tous nos moyens.

Lisa MacLeod, ministre des Services sociaux et communautaires de l'Ontario

Le gouvernement avait par la suite lancé un examen de 100 jours du système d'aide sociale, en plus de geler le salaire minimum à 14 $ l'heure.

La banque alimentaire Daily Bread se dit déçue des coupes déjà annoncées.

Je pense que nos clients vont avoir encore plus de difficulté [à joindre les deux bouts].

Sangye Martin, employé de la banque alimentaire Daily Bread

De passage à Queen's Park pour y dévoiler son rapport, ses dirigeants se sont toutefois dits intéressés à travailler avec le gouvernement pour réformer le système d'aide sociale dans la province.

Parmi les 1300 clients sondés par l'organisme, les deux tiers dépendaient de l'aide sociale comme principale source de revenu.

Le système actuel d'aide sociale ne répond pas aux besoins primaires des gens, pour les empêcher d'avoir faim, peut-on lire dans le rapport de la banque alimentaire. Le nombre de prestataires de l'aide sociale a augmenté de 55 % en 15 ans, ajoute l'organisme.

Pauvreté en périphérie de la ville

Le dernier rapport annuel de la banque Daily Bread confirme que de plus en plus de clients habitent dans les secteurs en périphérie de Toronto, particulièrement Etobicoke (+219 % en dix ans) et Scarborough (+86 % en dix ans).

Sans avoir une explication précise pour l'instant, l'organisme pense que la hausse des loyers est en cause, alors que de plus en plus de résidents moins nantis sont forcés de s'éloigner du centre-ville pour aller habiter à Etobicoke et Scarborough, affirme la porte-parole Sarah Kiriliuk.

En revanche, Mme Kiriliuk soupçonne que la baisse d'achalandage durant la dernière année à la banque alimentaire est liée à la hausse du salaire minimum à 14 $ en janvier dernier. Le gouvernement Ford a toutefois gelé ce taux jusqu'en 2020.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Politique provinciale