•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens devront s'habituer aux taux d'intérêt plus élevés, selon Stephen Poloz

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, en janvier 2017.

Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada

Photo : Reuters / Chris Wattie

La Presse canadienne

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, souhaite que les Canadiens s'habituent à l'idée que des taux d'intérêt à 3 % deviennent la nouvelle norme, comme l'ère des coûts d'emprunt à des creux historiques s'efface progressivement.

M. Poloz a relevé le taux directeur la semaine dernière pour la cinquième fois en un peu plus d'un an, à 1,75 %. C'est son plus haut niveau depuis environ une décennie.

Il a fait savoir que les futures hausses pourraient arriver plus tôt que prévu, en grande partie grâce à la résilience de l'économie et à la levée de certaines incertitudes commerciales en raison du récent accord commercial entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

Lors de son témoignage devant les députés, mardi, à Ottawa, M. Poloz a souligné que de nombreux adultes étaient habitués aux taux près de zéro et étaient trop jeunes pour se rappeler les niveaux beaucoup plus élevés des années 1980.

Selon le gouverneur de la banque centrale, le taux actuel est encore trop stimulant pour l'état amélioré de l'économie.

M. Poloz a réitéré son avertissement que le taux atteindra ce que la banque considère comme une fourchette neutre, comprise entre 2,5 et 3,5 %.

Il n'a pas pu donner de détails sur le rythme de futures hausses, mais il a assuré que la banque analysera avec soin leur impact éventuel, en particulier pour les nombreux ménages qui ont accumulé une dette considérable avec les bas taux.

« Nous avons cherché à mettre davantage l'accent sur l'idée qu'un jour, nous serons de nouveau neutres, ce qui correspond à une fourchette de 2,5 % à 3,5 %, afin que les gens commencent à comprendre que c'est quelque chose qui approche », a déclaré M. Poloz devant le Comité des finances de la Chambre des communes.

« Il ne devrait pas être difficile pour les gens de rembourser leur dette avec ce type de taux d'intérêt. Mais si les gens en ont trop, étant donné les faibles taux d'intérêt, nous avons un problème de transition. C'est pourquoi nous insistons tellement sur cela, que nous analyserons cela minutieusement et choisirons le rythme alors que nous collecterons des données. »

Économie