•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cure de jouvence accélérée au parc La Fontaine

Une jeune femme marche sur le bord d'un bassin, un jour d'automne.

Le parc La Fontaine subira une véritable cure de jouvence dans les 10 prochaines années, s'il n'en tient qu'à l'administration actuelle.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

L'administration montréalaise de Valérie Plante presse le pas pour redonner au parc La Fontaine son lustre d'antan. Son plan directeur ne s'étalera pas sur 15 ans, mais bien sur un horizon d'une décennie seulement.

Un texte de Jérôme Labbé (Nouvelle fenêtre)

Le document de 172 pages a officiellement été adopté mercredi matin par le comité exécutif de la Ville de Montréal. Il a été rédigé sous la supervision du maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal et responsable des grands parcs, des espaces verts des grands projets au comité exécutif, Luc Ferrandez.

La version finale du plan directeur inclut un plan d'action dont l'échéancier est plus court que celui proposé dans sa version préliminaire, dévoilée le printemps dernier. Ainsi, la Ville de Montréal entend réaliser pas moins de 24 projets au cours des 10 prochaines années.

« Lorsqu'on a une vision et lorsque cette vision s'inscrit dans les objectifs de la Ville d'augmenter le verdissement, d'augmenter l'accès piéton, de réduire le nombre de voitures, je pense qu'à un moment donné, il faut peser sur le gaz; à un moment donné, il faut y aller », a répété M. Ferrandez lors d'une mêlée de presse, après la réunion du comité exécutif.

On a l'appui de la population, on a déposé un plan directeur, on a fait de larges consultations, on a l'appui des élus... Le temps est venu de passer à l'action.

Luc Ferrandez, maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal et responsable des grands parcs, des espaces verts des grands projets au comité exécutif

Le sommaire décisionnel soumis aux membres du comité exécutif énumère trois projets phares :

  • la reconstruction du théâtre de Verdure et l'aménagement du pôle Famille (2017-2021);
  • le réaménagement du domaine public limitrophe du parc La Fontaine, le réaménagement des axes Calixa-Lavallée et Émile-Duployé en promenade intérieure du parc et la réhabilitation du square Papineau (2021-2025);
  • la réhabilitation des bassins (2025-2029).

L'échéancier de ces projets a été raccourci à la demande des citoyens consultés en amont de l'adoption du plan directeur, explique l'administration.

M. Ferrandez disait par ailleurs la semaine dernière, sur Facebook, qu'il travaillait ces jours-ci sur un « plan stratégique des grands parcs pour les 10 prochaines années ».

Un peu de concret

Le premier geste à être posé sera la rénovation du chalet-restaurant. Les travaux devraient normalement commencer dès 2019. Pour ceux du théâtre de Verdure, fort attendus eux aussi, il faudra attendre à l'année suivante, en 2020, pour voir les ouvriers s'activer.

L'administration Plante n'a toutefois pas attendu avant de procéder à certains travaux dans le but d'améliorer la sécurité des usagers du parc. L'une des deux voies de l'avenue du Parc-La Fontaine en direction nord, par exemple, a été retranchée cet été afin d'aménager une nouvelle piste cyclable. Ainsi, l'ancienne piste cyclable a pu être rendue aux piétons, qui devaient autrefois utiliser un étroit sentier situé à moins d'un mètre de l'ancienne piste cyclable, l'une des plus passantes en Amérique du Nord.

La piste cyclable, fraîchement aménagée, en sens contraire de la voie réservée aux véhicules.

La nouvelle piste cyclable qui longe le parc La Fontaine a été aménagée en rue plutôt qu'à l'intérieur même des limites du parc.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Enfin, la Ville de Montréal n'a pas encore pris de décision définitive concernant les avenues Calixa-Lavallée et Émile-Duployé, que plusieurs automobilistes craignent de voir interdites à la circulation. Car, si l'administration Plante souhaite toujours les réaménager « en promenades intérieures », elle se contente maintenant de vouloir « évaluer des scénarios de piétonnisation ».

En commentant succinctement la présentation du plan directeur aux élus, jeudi matin, lors de la réunion du comité exécutif, M. Ferrandez a rappelé que son objectif demeurait « l’élimination de toutes les rues et des stationnements au cœur du parc ». Il n'a toutefois pas évoqué d'échéancier précis, se contentant de dire qu'à terme, « ce sont des milliers de mètres carrés d’espaces qui vont être désasphaltés ».

Le problème, a-t-il expliqué plus tard, ne réside pas tant dans l'opposition des automobilistes que dans le fait que la piétonnisation de l'avenue Émile-Duployé – la seule à traverser le parc La Fontaine du nord au sud, et vice-versa – impliquerait de modifier le tracé du bus 45, l'une des lignes les plus achalandées de la Société de transport de Montréal.

« Tant qu'on n'a pas trouvé la solution pour la 45, on va garder la rue Émile-Duployé ouverte », a promis M. Ferrandez.

Une décision finale devra toutefois être prise d'ici les cinq prochaines années, puisque le plan d'action prévoit que le « réaménagement de la promenade Émile-Duployé » débutera en 2023.

Grand Montréal

Urbanisme