•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ancienne prison à vendre pour 1 $ en Ontario

Une prison, vue de face.
L'ancienne prison de Windsor dans le quartier Olde Sandwich a été bâtie en 1924. Photo: Radio-Canada / Floriane Bonneville
Radio-Canada

L'ancienne prison de Windsor est à vendre. Les enchères commencent à 1 $ et sont ouvertes pendant les 30 prochains jours.

Un texte de Floriane Bonneville

La société qui gère l'édifice depuis sa fermeture en 2014 affirme qu'elle veut trouver le meilleur prix pour l'ancienne prison.

Infrastructure Ontario a laissé à Buckingham Realty Windsor le soin de gérer la vente de l'édifice.

Le représentant de la compagnie, Marty Pedersen, affirme que la bâtisse sera vendue à l'acheteur qui a une vision et assez d'argent pour que les rénovations nécessaires soient effectuées.

La vente de la propriété située au 378, rue Brock dans le quartier Olde Sandwich inclut l'immeuble adjacent qui était utilisé comme dépôt d'archives et le stationnement du Mackenzie Hall.

La porte d'entrée d'une prison. L'entrée de la prison porte l'inscription « Essex County Gaol ». « Gaol » est l'ancienne épellation de mot anglais « jail ». Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

La prison a été construite en 1924 après la destruction de l'ancien pénitencier du comté d'Essex. L'intégralité de la propriété fait partie du site patrimonial et de conservation de Olde Sandwich, désigné en 2012.

Le groupe qui achètera cette propriété devra respecter les normes et restrictions entourant un édifice patrimonial, selon Ian McConachie, d'Infrastructure Ontario.

M. McConachie soutient également que tout plan de rénovation devra être approuvé par le conseil municipal et les lois sur le zonage avant d'être mis en branle.

Des histoires à faire peur

Plusieurs histoires entourant la prison ont pris forme dans le quartier Olde Sandwich, l'un des berceaux du Haut-Canada.

L'écrivain et enseignant en histoire à l'Université de Windsor, Marty Gervais, note que cette prison est la cinquième à se trouver sur le site.

Depuis la fin des années 1700, il y a eu des prisons dans ce quartier, dit-il.

Cette prison est unique, selon lui, à cause de ses gros murs de ciment d'une hauteur d'environ 20 mètres, et de la trappe de pendaison à l'intérieur de la prison.

Il y a eu trois personnes pendues dans l'actuelle prison. Nous avons retrouvé les restes d'une personne, mais ceux de deux autres sont encore enfouis quelque part, souligne l'historien.

Un homme se tient dans la dernière cellule que les condamnés occupaient avant de se faire pendre à la prison de Windsor. Le résident de Windsor et passionné d'histoire Chris Edwards montre la dernière cellule des condamnés à mort. Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

Pour sa part, le passionné de l'histoire, Chris Edwards, a visité la prison mercredi. Il raconte que les pendaisons étaient pour le moins sordides à l'époque.

Il mettait le condamné dans une cage de fer et le laissait dans la rue pour que tout le monde puisse le voir. Après quelques jours, les gens se plaignaient de l'odeur.

Chris Edwards, résident de Windsor

M. Gervais explique qu'en 1943, deux hommes ont été pendus à la prison pour le meurtre d'un restaurateur local.

Bruno Kisielewski, 21 ans, et Stephan Ogrodowski, 25 ans, ont passé 101 jours emprisonnés dans les murs de la prison avant d'être pendus.

Selon les rumeurs, explique M. Gervis, beaucoup de gens pensaient que M. Kisielewski était non coupable.

Son dernier souhait aurait été d'aller contempler la rivière Detroit et d'y fumer une cigarette une dernière fois avant de mourir.

L'héritage d'Olde Sandwich risque d'être oublié

Terry Kennedy, un résident et activiste défendant le quartier historique, est lui aussi un passionné d'histoire.

Selon lui, la tragédie derrière la disparition de la prison est la perte de son héritage.

Des histoires abracadabrantes se sont produites ici, soutient-il.

L'homme relate notamment qu'un présumé inspecteur aurait pourchassé un détenu jusqu'au Missouri pour qu'il soit condamné à mort pour son crime.

Cet inspecteur est en fait celui qui a inspiré la série télévisée Murdoch Mysteries.

Terry Kennedy, résident du quartier Olde Sandwich

L'histoire dans ce quartier est incroyable, dit-il, les gens ne le savent pas, mais la vedette du cinéma Drew Barrymore et l'ex-candidate à la présidence des États-Unis Hillary Clinton ont toutes les deux des liens dans le quartier Olde Sandwich.

Selon lui, personne ne connaît ces histoires, et la vente de l'édifice enterrera encore plus le patrimoine de la plus vieille colonie française à l'ouest de Montréal.

Un homme devant la façade d'une prison. Un résident du quartier Olde Sandwich et activiste Terry Kennedy. Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

M. Kennedy estime que la Ville de Windsor ne se soucie pas de l'héritage de l'ancienne prison et du patrimoine européen et autochtone du quartier.

Ils tournent le dos à Olde Sandwich, et malgré cela, nous ne cessons de grandir depuis les 20 dernières années. Nous avons 500 000 visiteurs par année en raison de notre histoire, mais la Ville continue à détruire nos édifices patrimoniaux, souligne-t-il.

Selon lui, les 17 000 résidents sont capables de raconter l'histoire de leur quartier bien mieux que ceux du centre-ville, qui a éradiqué son histoire au profit du béton et de la commercialisation.

M. Kennedy ajoute qu'il trouve triste que le maire décide de rendre publique la vente de cette prison un mois avant que l'assermentation du nouveau conseil municipale. Pour lui, la transaction a été planifiée sans avoir consulté les gens de la communauté.

Infrastructure Ontario accepte les offres jusqu'au 23 novembre.

Le conseiller municipal du quartier se dit inquiet de la mise en vente de l'ancienne prison. Selon Fabio Costante, la communauté voulait qu'elle soit transformée en musée.

L'espoir est qu'elle reste destinée à un usage public, explique-t-il.

Windsor

Immobilier