•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rapport critique du BAPE à l’endroit de Métaux BlackRock

Un plan 3D de l'usine de Métaux BlackRock

L'usine de Métaux BlackRock

Photo : Courtoisie / Métaux BlackRock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet de fonderie de Métaux BlackRock peut être réalisable à Saguenay, mais plusieurs incertitudes importantes subsistent selon le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Un texte de Michel Gaudreault

Dans son rapport déposé mardi, la commission d’enquête environnementale soulève que l'usine de transformation de fer dans le secteur de Grande-Anse deviendrait l’un des plus gros producteurs industriels de gaz à effet de serre au Québec et que cette pollution engendrerait des coûts pour l'entreprise.

Le BAPE met en doute aussi la viabilité du projet si l'entreprise ne réussit pas à trouver preneur pour ses résidus de titane qui pourraient être considérés comme un déchet dangereux.

Des questions subsistent aussi sur le mode de transport à partir de la future mine à Chibougamau et les projets à réaliser avant la construction de l'usine. Il s'agit entre autres de l'alimentation en eau par la Ville de Saguenay et la construction d'une usine pour alimenter la fonderie en gaz de procédé.

Le BAPE recommande même d'avertir Investissement Québec des incertitudes qui découlent des autorisations environnementales à venir avant d'investir et d'autoriser le projet.

Réaction de l’entreprise

L'étape du BAPE était primordiale pour la suite des choses, explique le directeur exécutif chez Métaux BlackRock.

On est très heureux et c'est vraiment la dernière étape avant la construction. Tout est au vert pour commencer les travaux.

David Dufour, directeur exécutif, Métaux BlackRock

Actuellement, le promoteur n'a toujours pas précisé si le transport du minerai vers l'usine se fera par camion ou par train.

L’entreprise affirme toutefois qu’elle souhaite acheminer sa matière de la mine de Chibougamau jusqu’au port de Grande-Anse par la voie ferrée.

Notre premier choix est vraiment par rails. On met tous nos efforts présentement pour arriver à conclure des ententes, soutient David Dufour.

La direction de Métaux BlackRock estime qu'elle pourra amorcer les travaux sur le site de l'usine dès le printemps prochain, en vue d'une ouverture d'ici la fin de 2020.


Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !