•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-gouverneur général organisera les débats des chefs

Le débat des chefs  pour l’élection fédérale de 2015. Justin Trudeau, à gauche, Elizabeth May, Thomas Mulcair et Stephen Harper
Débat des chefs pour l’élection fédérale de 2015. Justin Trudeau, à gauche, Elizabeth May, Thomas Mulcair et Stephen Harper Photo: La Presse canadienne / Frank Gunn
Radio-Canada

L'ex-gouverneur général du Canada David Johnston a été nommé à la tête de la nouvelle commission indépendante qui sera chargée d'organiser les débats des chefs de partis pendant les campagnes électorales.

Doté d’une enveloppe de 5,5 millions de dollars sur deux ans, ce nouveau comité promis par le gouvernement Trudeau aura pour mission d’organiser les débats des chefs, des événements importants qui permettent, selon Ottawa, « de mieux faire connaître aux Canadiens les partis fédéraux, leurs chefs et leurs positions politiques ».

« Les débats des dirigeants sont un exercice fondamental de la démocratie, explique la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould. Une commission indépendante fera des débats un élément plus prévisible, plus fiable et plus stable des campagnes électorales fédérales. »

Selon la ministre, le mandat initial de la Commission des débats des leaders sera d’organiser deux débats des chefs, soit un en français et un en anglais, en prévision des élections fédérales de 2019.

David Johnston, commissaire aux débats des leaders

David JohnstonL'ex-gouverneur général du Canada, David Johnston Photo : Bureau du gouverneur général du Canada / Ronald Duchesne

Pour diriger les travaux de la Commission, le gouvernement Trudeau a opté pour l’ex-gouverneur général David Johnston, qui sera assisté dans ses fonctions par un conseil consultatif de sept membres.

La Commission devrait être en place et fonctionnelle au printemps prochain, selon la ministre Gould.

Outre le fait d’organiser ces débats télévisés de façon neutre et indépendante, la Commission aura pour mission de veiller à ce que l’exercice soit accessible à tous les Canadiens à partir des diverses plateformes.

La Commission des débats des leaders veillera à ce que les Canadiens handicapés, les personnes vivant dans des régions rurales et éloignées et les communautés de langue officielle en situation minoritaire aient accès à des renseignements essentiels sur leur choix de chef, de parti et de programme.

Karina Gould, ministre des Institutions démocratiques

La Commission sera par conséquent chargée de produire les débats des chefs et d’en fournir le signal gratuitement à tous les télédiffuseurs qui en feront la demande.

Un exercice en perte de vitesse

Gilles Duceppe (BQ), Stephen Harper (PCC), Thomas Mulcair (NPD), Elizabeth May (PVC) et Justin Trudeau (PLC).Les chefs se serrent la main avant le premier débat en français de la campagne 2015. Photo : Presse canadienne/Christinne Muschi

Promise après le débat des chefs de 2015, qui a enregistré les plus faibles cotes d’écoute depuis près d’une décennie, la réforme des débats des chefs a été élaborée à partir de consultations en ligne menées auprès des citoyens, de tables rondes réunissant des spécialistes, des radiodiffuseurs, des universitaires et d’une étude du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, précise le communiqué de la ministre Karina Gould.

Rappelons que, lors de la dernière campagne électorale fédérale, le débat des chefs en anglais avait dû être annulé en raison d’un désaccord entre les conservateurs et les autres partis sur la forme du débat. L’événement avait été remplacé par une série de débats en anglais organisés par différents organismes et médias.

Au terme des élections de l’an prochain, la Commission devra produire un rapport et émettre des recommandations au Parlement « visant à éclairer la création éventuelle d'une Commission des débats des leaders plus permanente à l'avenir », peut-on lire dans le communiqué du bureau de la ministre Gould.

L'opposition déçue de ne pas avoir été consultée

Or, la création de la Commission des débats des leaders ne fait pas que des heureux à Ottawa. Plusieurs critiques ont été soulevées sur les bancs de l’opposition qui reproche, entre autres, au gouvernement d’avoir agi unilatéralement.

Les libéraux ont choisi leur système, leur processus, et d’ignorer les recommandations de la Chambre des communes et notre comité.

Nathan Cullen, député NPD de la circonscription de Skeena-Bulkley Valley

« C’est difficile pour moi d’être totalement satisfait parce que le pouvoir est entre les mains du gouvernement pour choisir le commissaire sans consulter les autres partis et ça, c’est un problème parce que le pouvoir du commissaire est énorme », a expliqué Nathan Cullen.

Une autre question soulevée par l’opposition concerne les critères qui seront retenus pour déterminer quel parti participera ou non au débat des chefs.

Rappelons qu’à la dissolution de la Chambre, en 2015, une demi-douzaine de partis étaient représentés à la Chambre, sans compter tous les autres partis qui ont pris part aux élections sans réussir à faire élire de candidats.

Politique fédérale

Politique