•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’intervention ministérielle pour sauver la Maison Rodolphe-Audette

La Maison Rodolphe-Audette
La Maison Rodolphe-Audette Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La nouvelle ministre de la Culture, Nathalie Roy, n'a pas l'intention d'empêcher la Ville de Lévis de démolir la maison Rodolphe-Audette.

« C'était de la juridiction de la Ville, cette décision-là », a-t-elle justifié, mardi matin, en entrevue à Première heure.

Cette déclaration survient au lendemain d’une séance extraordinaire du conseil municipal de Lévis qui a scellé le sort de l’immeuble centenaire de la rue Saint-Laurent.

Malgré la décision de la ville, le Comité de mise en valeur de la Maison Rodolphe-Audette espérait éviter la démolition en demandant à la ministre de la Culture de suspendre momentanément la procédure.

Après tout, Nathalie Roy a récemment imposé un sursis de 90 jours sur la démolition du Château Beauce, à Sainte-Marie.

 Photo de Nathalie Roy, lors de son assermentation de ministre le 18 octobre dernier.Photo de Nathalie Roy, lors de son assermentation de ministre le 18 octobre dernier. Photo : Émilie Nadeau

Décisions difficiles

Mais le Ministère doit prendre décisions difficiles et « il faut sauvegarder les édifices qui auront le plus de chances d’avoir ce statut de bâtiment patrimonial », a expliqué la nouvelle ministre, ajoutant qu’il y a « des centaines, voire des milliers » de bâtiments qui présentent un intérêt patrimonial au Québec.

« Je comprends que l’on puisse avoir un attachement à des bâtiments d’une ville, mais ne serait-ce que de tenter de restaurer cet édifice, ce serait fait à des coûts faramineux », a-t-elle affirmé à propos de la maison Rodolphe-Audette, inhabitée depuis qu’un incendie l’a ravagé en 1998.

Il faut protéger notre patrimoine, mais le gouvernement du Québec ne peut pas tout classer.

Nathalie Roy, ministre de la Culture

Des citoyens présents à la séance extraordinaire du conseil municipal lundi soir ont mentionné réfléchir à entamer des démarches judiciaires dans ce dossier.

Architecture

Société