•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

150 000 étudiants invités à participer à un sondage sur leur santé mentale

La détresse psychologique très présente chez les jeunes.

Les étudiants de 14 établissements universitaires québécois sont invités à participer à un sondage confidentiel sur leur santé psychologique.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les étudiants de 14 établissements universitaires québécois sont invités par l'Union étudiante du Québec à répondre à un sondage sur leur santé psychologique. Cette enquête vise à améliorer les services en santé psychologique offerts aux étudiants de la province.

Un texte d’Isabelle Damphousse

L’Union étudiante du Québec veut connaître l’état de la santé psychologique des étudiants québécois. Au cours du mois de novembre, un sondage électronique d'une centaine de questions, élaboré avec la firme Léger, sera envoyé à l’adresse courriel de 150 000 étudiants de la province.

On vise avec ça essentiellement à régler des problèmes qui, présentement, nous parviennent par bribes ou par échos, mais qu'on arrive mal à bien comprendre dans leur profondeur.

Guillaume Lecorps, président de l’Union étudiante du Québec

Ce sont les résultats d'un sondage effectué auprès de 40 000 étudiants de l’Université de Montréal qui a alerté l’Union étudiante du Québec. Selon le président de l’association, Guillaume Lecorps, un étudiant sur cinq de l’établissement universitaire montréalais présentait des symptômes dépressifs assez graves pour nécessiter une prise en charge immédiate.

L'UQAR participe au sondage

Les étudiants de l’Université du Québec à Rimouski sont invités à participer à l’enquête même si l’Association étudiante générale de l’Université du Québec à Rimouski ne fait pas partie de l’Union étudiante du Québec.

Par rapport à notre petite population étudiante, il avait un grand besoin au niveau de l'aide psychologique et nous, ce qu'on veut, c'est toujours aider à améliorer l'aide psychologique pour nos étudiants.

Guillaume Cochon, président, Association étudiante générale de l'Université de Québec à Rimouski

Parmi les autres universités participantes, on retrouve l'Université de Sherbrooke et l'Université Bishop's.

Les résultats de l’enquête qui seront disponibles au printemps 2019 devraient aider à dresser un portrait pour chaque université participante.

Des appuis au gouvernement

Trois des quatre principaux partis politiques, soit le parti libéral, le parti québécois et Québec Solidaire, se sont engagés à s’attaquer aux problèmes de santé psychologique des étudiants universitaires durant la campagne électorale.

Le président de l’Union étudiante du Québec, Guillaume Lecorps, croit que le nouveau ministre responsable de l’Éducation supérieure, Jean-François Roberge, sera ouvert à trouver des solutions à la problématique. L’Union étudiante a déjà eu des discussions avec M. Roberge lorsqu’il siégeait dans l’opposition.

Guillaume Lecorps souhaite que le nouveau gouvernement agisse rapidement et qu’il crée une table de discussion pour adopter une stratégie panquébécoise sur la santé psychologique des étudiants universitaires.

Au cours des prochains jours, une campagne intitulée « Qu’est-ce qui se cache sous ta façade? » sera lancée pour sensibiliser les étudiants à l’importance de la santé psychologique et les inviter à répondre au sondage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Santé mentale