•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Desjardins maintenant bien installé au stade olympique

Un jeune homme travaille sur un ordinateur portable devant de larges fenêtres.

Les employés de Desjardins ont maintenant une vue imprenable sur Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Radio-Canada

Depuis quelques mois, plusieurs centaines d'employés de Desjardins vont et viennent chaque jour dans le mât du stade olympique de Montréal pour y travailler – un nouvel emplacement à ce point apprécié que leurs patrons notent une amélioration de la rétention. Visite des lieux.

À leur arrivée, les employés longent d'abord une grande baie vitrée où l'on peut voir l'enceinte du stade. Puis, après avoir traversé l'accueil, ils prennent l'ascenseur vers les étages – des espaces très lumineux, avec vue côté fleuve ou côté parc.

Tous les bureaux sont à aire ouverte et les seules salles fermées servent aux réunions ou aux formations.

Des employés discutent entre eux.

Il n'y a que très peu de bureaux fermés dans le nouvel environnement de travail de Desjardins, dans le mât du stade olympique.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

« L'idée initiale, c'était de créer un environnement de travail, de vie, qui réponde bien aux besoins des employés, explique Mathieu Desrosiers, directeur principal des stratégies et de la performance chez Desjardins. On le sait aujourd'hui, les enjeux de rétention, d'attraction de la main-d'oeuvre, c'est important. Donc l'environnement de travail qu'on leur offre est primordial. »

Entre 6 h du matin et minuit, ils sont 1000 employés à se relayer ici. Ils travaillent en grande majorité pour le centre d'appels et de conseils aux clients de Desjardins. Ils ont entre autres accès à une salle de jeux, à plusieurs coins de repos et à une grande cafétéria au deuxième étage.

« C'est un impact assez majeur sur la mobilisation du personnel », affirme Viateur Lavoie, gestionnaire.

On a moins de départs que prévu en octobre [...] Est-ce que c'est dû à ça? En tout cas, il y a un effet sur l'attraction, définitivement.

Viateur Lavoie, gestionnaire chez Desjardins

Desjardins occupe maintenant 80 % de l'espace à louer de la tour du stade, soit les 7 premiers étages sur 12. Les cinq autres étages, beaucoup plus petits, pourraient également être loués à d'autres entreprises par la Régie des installations olympiques (RIO).

La RIO a dépensé 144 millions de dollars pour rénover sa tour, inoccupée depuis 1987.

Mais le Mouvement Desjardins, lui, préfère ne pas donner de chiffres. « Les sommes qui ont été dépensées sont très représentatives, en fait, de ce genre de construction là, se borne à dire M. Desrosiers. On n'est vraiment pas dans l'excès nulle part, mais on n'a pas non plus minimisé les investissements pour les employés. »

Une chose est certaine, cependant : l'arrivée de Desjardins rapportera plusieurs millions de dollars chaque année au Parc olympique en revenus de location, de stationnement et d'inscriptions au tout nouveau centre sportif et aquatique.

Une jeune femme regarde son téléphone mobile, assise sur un large divan.

Des aires de repos ont également été aménagés.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Dans un avenir rapproché, le Mouvement Desjardins n'exclut pas de louer lui-même le huitième étage de la tour. Il a signé un bail de 15 ans avec la RIO, avec une option de le prolonger.

Le projet de Desjardins est le 16e à avoir été proposé pour la tour, mais pour diverses raisons, les autres ne se sont jamais matérialisés.

D'après le reportage de Jean-Sébastien Cloutier

Grand Montréal

Architecture