•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fissures et infiltrations d'eau à l'Amphithéâtre Cogeco

Un trou dans le béton permet de voir un câble de métal rouillé.

Des morceaux de béton se sont détachés de la structure de l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À peine plus de trois ans après son inauguration, l'Amphithéâtre Cogeco est déjà aux prises avec des fissures, des infiltrations d'eau et des morceaux de béton qui se détachent. La Ville qualifie cette détérioration d'anormale et elle assure qu'elle surveille la situation de près.

Selon des documents obtenus grâce à la loi d'accès à l'information, les premières fissures, des petites, mais aussi des fissures dites actives, sont apparues dès l'automne 2015 causant de l'infiltration d'eau dans les concessions de l'Amphithéâtre, le secteur où l'on retrouve des restaurants.

La firme Pluritec, qui fait partie du consortium ayant construit l'amphithéâtre, a alors suggéré de colmater les fissures. Puis, en juin dernier, la Ville a de nouveau fait appel à la firme parce que des morceaux de béton se détachaient de la charpente. Des travaux estimés entre 15 000 $ et 20 000 $ seront effectués au printemps prochain pour corriger la situation.

Des lettres formant les mots « Trois-Rivières » sont apposées sur une structure de béton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs fissures sont apparues sur la structure de béton qui borde un passage piéton entre l'Amphithéâtre Cogeco et le fleuve Saint-Laurant.

Photo : Radio-Canada

En attendant, la Ville tente de se faire rassurante quant à l'état du bâtiment construit au coût de 50 millions de dollars.

[C’est] anormal, dans une certaine mesure, parce que ce n’est quand même pas vieux, mais, en même temps, on m’explique qu’au niveau de la construction, c’est quelque chose qui peut arriver, indique le responsable des relations publiques à la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant. L’important, on me le répète sans arrêt, c’est qu’on s’en occupe au fur et à mesure.

On ne laisse pas se détériorer davantage le bâtiment et ça met un terme à la détérioration qu’on peut apercevoir présentement.

Une citation de : Yvan Toutant, responsable des relations publiques à la Ville de Trois-Rivières

Dans un courriel de la firme Pluritec daté du 15 juin et dont Radio-Canada a obtenu copie, on apprend que la situation n'est pas critique à court terme, mais que le mouvement des joints pourrait augmenter au fil du temps considérant la poussée du sol sur le mur de soutènement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !