•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la gymnastique, les soeurs Couture en mangent!

Les quatre soeurs Couture, Sophia, Sarah, Samantha et Selena, sont toutes membres du club Unigym à Gatineau

Photo : Courtoisie / Unigym

Radio-Canada

Il n'est pas rare de trouver des duos ou des trios de frères ou de soeurs dans le monde du sport. Mais avez-vous déjà rencontré un quatuor familial? Ils sont moins fréquents et, pourtant, le club Unigym de Gatineau peut se vanter d'en avoir un! Les soeurs Couture, âgées de 7 à 11 ans, pratiquent toutes la gymnastique à un niveau élevé.

Un texte de Jonathan Jobin

On rentre à la palestre du Centre sportif de Gatineau et l'on croit avoir la berlue. Quatre gymnastes, toutes vêtues d'un costume des mêmes couleurs, s'élancent sur les différents équipements. Elles ne sont pas jumelles, mais c'est tout comme, elle se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Seul leur âge les distingue réellement.

L'ainée de la famille, Sophia, 11 ans, a commencé la gymnastique, influencée par une cousine. Après, tout le monde a suivi. Oui, c'est à cause d'elles que j'ai commencé la gymnastique, explique Sarah, la cadette, âgée de 10 ans. J'aime la gym parce que j'aime me surpasser et relever des défis. C'est ma passion.

Les soeurs Couture lors d'un entraînement avec UnigymAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les soeurs Couture lors d'un entraînement avec Unigym

Photo : Radio-Canada

Naturellement, les deux dernières soeurs, Samantha et Selena, se sont aussi mises à la gymnastique pour faire comme leurs grandes soeurs. Les quatre soeurs sont toutes en sports-études ou en concentration sport.

Leur amour pour leur discipline est évident. On aime s'entraîner ensemble parce qu'on peut voir ce que les autres font. Lorsque tu t'entraînes, tu peux regarder les autres et leurs mouvements. Ensuite, tu peux les faire quand tu es plus grande, raconte Samantha, âgée de 8 ans.

Les quatre soeurs Couture, Sophia, Sarah, Samantha et Selena, lors d'une entrevue à Radio-CanadaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les quatre soeurs Couture, Sophia, Sarah, Samantha et Selena

Photo : Radio-Canada

Tout est à propos de la gymnastique chez les Couture. D'abord, l'horaire, qui est fort chargé en raison des nombreux entraînements. Les deux plus grandes soeurs passent plus de 20 heures chaque semaine au gymnase, et les deux plus petites suivent, pas loin derrière.

C'est la gymnastique partout, c'est clair. Elles veulent toujours faire des mouvements. Elles pratiquent dans la cour à la maison, sur la trampoline, elles font beaucoup de gymnastique. Tout tourne autour de ça, rigole le père des filles, André Couture.

Le père des soeurs Couture, André, lors d'une entrevue avec Radio-CanadaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le père des soeurs Couture, André, lors d'une entrevue avec Radio-Canada

Photo : Radio-Canada

Nous sommes fiers parce qu'elles se surpassent toujours. On le voit aussi à l'école, ce sont des enfants complètement indépendantes.

André Couture, père de quatre gymnastes de 7 à 11 ans

Les soeurs ne passent pas inaperçues au sein du club Unigym. Tout le monde les connaît et elles font montre d'un très beau potentiel. Elles poussent aussi les entraîneurs à se surpasser.

Elles se ressemblent physiquement, mais elles ont toutes leurs particularités, dit Geneviève Champagne, qui a dirigé les quatre athlètes à un moment ou à un autre. Elles ont des habiletés différentes et des personnalités un peu différentes aussi. C'est un beau challenge pour les entraîneurs de travailler en groupe, mais aussi individuellement avec elles. Il faut trouver comment chacune d'elles fonctionne et travaille le mieux.

Sophia Couture écoute les conseils de l'entraîneuse Geneviève ChampagneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une des soeurs Couture avec l'entraîneuse Geneviève Champagne

Photo : Radio-Canada

Des prénoms aux origines micronésiennes

La mère des soeurs Couture est originaire de la Micronésie, un état qui comprend plusieurs îles, au nord-est de l'Australie, en Océanie.

La tradition veut, là-bas, que ce soit la famille qui décide des prénoms des enfants. La coutume a été respectée et c'est pour cette raison que les quatre gymnastes portent des noms qui commencent par la lettre « S ».

« C'est leur cousine, Sabrina, qui les a initiés à la gymnastique », souligne M. Couture, qui tenait à conserver cette tradition de l'île de Yap. « Après Sabrina, c'est clair qu'on ne pouvait pas changer. C'est comme ça qu'on a choisi Sophia, puis Sarah, Samantha et Selena. En plus, c'est beaucoup plus facile pour identifier les vêtements... S. Couture », ajoute le père à la blague.

La jeune gymnaste Sarah Couture, s'exécute devant sa soeur aînée, SophiaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La jeune gymnaste Sarah Couture, s'exécute devant sa soeur aînée, Sophia

Photo : Radio-Canada

Les soeurs Couture rêvent plus sérieusement de participer un jour aux Jeux olympiques. Aux derniers Jeux olympiques d'été, à Rio, en 2016, deux duos de jumelles et les triplées estoniennes Luik ont pris le départ du marathon.

Sophia, Sarah, Samantha et Selena croient avoir quatre fois plus de chance que n'importe quel athlète sur la planète de réaliser leur rêve commun. Si une seule d'entre elles s'y rend, c'est toute la famille qui sera aux Jeux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Gymnastique