•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Saskatoon veut augmenter son budget de 4,1 millions de dollars

troy cooper parle aux journalistes.
Le chef de la police de Saskatoon, Troy Cooper, espère que les 4,1 millions de dollars permettront aux policiers d'être plus efficaces. Photo: CBC
Radio-Canada

Le Service de police de Saskatoon souhaite accroître sa présence dans les rues de la ville afin d'y réduire la circulation de drogues, telles que le fentanyl et la métamphétamine en cristaux. Cette initiative exige une augmentation de 4,1 millions de dollars du budget accordé aux policiers.

De cette somme, 1 million de dollars servira à payer les salaires des 10 nouveaux employés embauchés par le Service de police de Saskatoon.

« Nous avons actuellement des sergents qui sont affectés à l’analyse quotidienne de données sur la criminalité pour tenter d’en discerner des tendances », explique le chef de la police de Saskatoon, Troy Cooper.

« Plutôt que de continuer à utiliser ces sergents à un taux salarial fixe, nous allons embaucher deux analystes professionnels dotés d’une grille salariale inférieure », ajoute-t-il.

Les sergents libérés seront dépêchés dans les rues de la ville. L’objectif du Service de police est d'augmenter sa présence afin de réduire la prolifération de drogues, telles que la fentanyl et la métamphétamine en cristaux.

Le reste de l'augmentation demandée par les policiers vise à maintenir les services existants, dont les coûts ont grimpé au cours des derniers mois.

Cette hausse s’explique notamment par la hausse des salaires des policiers. En juin, l’Association de la police de Saskatoon ainsi que le Bureau des commissaires de police de la Ville de Saskatoon ont ratifié une convention collective rétroactive d’une durée de trois ans. Au terme de cette entente, les salaires des policiers auront augmenté d’environ 6,5 %.

Plus de policiers, est-ce la bonne solution?

Le père André Poilièvre est le fondateur de Str8 Up, un organisme venant en aide aux jeunes issus des gangs de rue. Selon lui, les policiers font un bon travail. Mais leurs efforts, dit-il, ne se reflètent pas dans la réalité.

« Pour le moment, je ne dirais pas que nous avons beaucoup de succès pour ce qui est de la réduction des crimes. […] Les crimes quotidiens liés aux drogues et aux gangs de rue n’ont pas diminué […] Du moins, ce n’est pas ce que j’ai vu dans les centres correctionnels », explique le père Poilièvre.

« Les prisons sont surpeuplées. Les tribunaux sont hors de contrôle. Nous avons moins d’avocats de l’aide juridique aujourd’hui que nous en avions l’année dernière », ajoute-t-il.

Le père André Poilièvre croit que la situation actuelle est un problème de société. « La communauté doit se pencher sur les causes profondes de la criminalité, notamment les problèmes d’accès au logement, la pauvreté [et] les toxicomanies », dit-il.

Le budget préliminaire du Service de police de Saskatoon s’élève à 94,6 millions de dollars. Il reviendra aux élus municipaux de l’approuver ou non au cours des prochains mois.

Saskatchewan

Justice et faits divers