•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun survivant pour le vol de Lion Air qui s'est abîmé en mer

Le récit de Fannie Bussières McNicoll
Radio-Canada

Les 189 personnes à bord du Boeing 737 MAX 8 du transporteur aérien Lion Air qui s'est écrasé lundi au large des côtes de l'Indonésie ont probablement toutes péri, ont prévenu lundi des secouristes indonésiens.

L'avion qui assurait le vol intérieur JT610 reliant Djakarta à Pangkal Pinang, en Indonésie, s'est écrasé en mer à 15 km de l'île de Java, 13 minutes après son décollage.

L'agence nationale de recherche et de sauvetage a annoncé que des restes humains, des débris et des bagages ont été repêchés. Son patron Bambang Suryo Aji, a précisé qu'on ne s'attendait pas à retrouver des survivants et que les opérations se concentraient sur la récupération des corps des victimes.

En me basant sur l’état des restes que nous avons retrouvés jusqu’à présent, je crois qu’il n’y aura aucun survivant.

Le directeur de l'agence nationale de recherche et de sauvetage, Bamgang Suryo Aji

Des photos mises en ligne par l'agence indonésienne montrent un téléphone portable écrasé, des livres, des sacs et des portions du fuselage de l'avion.

Les équipes de secours tentent maintenant de localiser l’épave qui pourrait avoir coulé par 30 à 40 m de profondeur.

Plus de 300 personnes – dont des soldats, des policiers et des pêcheurs locaux – participent aux opérations de recherche. Bien que peu d’espoirs subsistent de retrouver des survivants, une dizaine d'ambulances patientent sur une plage voisine de l’écrasement.

Le président indonésien Joko Widodo a ordonné une enquête complète pour faire la lumière sur la tragédie.

L'avion transportait 189 personnes, selon le Comité de sécurité des transports nationaux (NTSC) : 178 passagers adultes, un enfant, deux bébés ainsi que deux pilotes et six membres de personnel de cabine. Un premier bilan du ministère des Transports faisait état de 188 personnes disparues.

Au moins 23 responsables gouvernementaux étaient à bord de l'avion.

Des membres d'une équipe de secouristes sont à bord d'un bateau et se préparent à aller en mer.Des membres d’une équipe de secouristes se préparent pour aller à la recherche de survivants du vol JT 610 de Lion Air, qui s’est écrasé en mer indonésienne en provenance de l’aéroport de Djakarta le 29 octobre 2018. Photo : AFP / Resmi Malau

Les dernières minutes du vol JT610

Le pilote de l'avion a demandé à faire demi-tour avant de disparaître des écrans radars, 13 minutes après le décollage, selon l'agence indonésienne de recherche et de sauvetage.

Les données de FlightRadar24 montrent que les premiers signes que l’avion éprouvait des ennuis sont survenus environ deux minutes après le décollage, alors que l'avion avait atteint 2000 pieds (610 mètres).

Un responsable du transport aérien indonésien, Novie Riyanto, a révélé que l'avion avait reçu le feu vert pour revenir à l'aéroport de Djakarta - à la demande du pilote - deux ou trois minutes après le décollage.

L’appareil est ensuite descendu de plus de 500 pieds (152 mètres) avant de virer à gauche pour remonter à 5000 pieds (1524 mètres), où il est resté pendant la majeure partie du vol.

L’avion a commencé à gagner de la vitesse dans les derniers instants pour atteindre 345 nœuds (640 km/h) avant que les données ne soient perdues alors qu'il se trouvait à 3650 pieds (1113 mètres) d’altitude.

L’avion a plongé dans l'océan une dizaine de minutes après avoir demandé l'autorisation de faire demi-tour.

L’appareil se trouvait à 15 km au nord de l’île de Java lorsque sa dernière position a été enregistrée.

Aucun appel de détresse provenant de l’avion n’a été reçu, selon l’agence de recherche et sauvetage.

Les conditions météorologiques étaient normales et il s'agissait d'un avion neuf, mais qui avait eu un problème technique lors de son vol précédent.

Un problème connu

Le directeur général de Lion Air, Edward Sirait, a confirmé que l'avion avait eu un problème technique lors du vol précédent reliant l'île touristique de Bali à Djakarta, mais qu'il avait été « résolu conformément à la procédure ».

Le directeur du transporteur aérien a refusé de préciser la nature du problème, mais il a déclaré qu'aucun de ses autres appareils du même modèle ne l'avait. Lion Air exploitait 11 Boeing 737 Max 8 avant le crash et la compagnie n'a pas l'intention d'immobiliser les autres au sol, a dit M. Sirait.

Lion Air explique dans un communiqué que l'appareil avait été mis en service au mois d'août et que son pilote et son copilote avaient conjointement cumulé 11 000 heures de vol (6000 pour le pilote et 5000 pour le copilote).

Les autorités cherchent désormais à récupérer les boîtes noires, c'est-à-dire l'enregistreur de voix du cockpit et l'enregistreur de données, pour déterminer la cause du drame.

Conformément aux règles internationales, le National Transportation Safety Board (NTSB) des États-Unis participera automatiquement à l'enquête sur l'accident de lundi, appuyé par les conseillers techniques de Boeing et du fabricant de moteurs franco-américain CFM International, copropriété de l'américain General Electric et du français Safran.

Il s’agit du premier accident rapporté impliquant le Boeing 737 MAX, un appareil très vendu, une version mise à jour et plus économe en carburant du biréacteur monocouloir du constructeur.

Un appareil de la compagnie aérienne Lion Air s'est écrasé en mer indonésienne le 29 octobre 2018.Un appareil de la compagnie aérienne Lion Air s'est écrasé en mer indonésienne le 29 octobre 2018. Photo : AFP / Roslan Rahman

La plus grave catastrophe aérienne en Indonésie remonte à 1997. Un Airbus A300 de la compagnie Garuda Indonesia s'était écrasé sur Medan, une ville du nord de l'île de Sumatra, tuant 214 personnes.

C'est la pire catastrophe aérienne en Indonésie depuis qu'un vol d'AirAsia reliant Surabaya à Singapour a plongé en mer en décembre 2014. Cet écrasement avait tué les 162 personnes à bord.

Fondée en 1999, Lion Air a connu un seul accident mortel, en 2004: un MD-82 s'était écrasé à l'atterrissage, à Solo City, sur l'île de Java, faisant 25 morts sur les 163 personnes à bord, selon le réseau de la sécurité aérienne de la Flight Safety Foundation.

En 2013, l'un de ses Boeing 737-800 a raté la piste en atterrissant sur l'île de Bali, où il s'est écrasé dans la mer sans faire de victimes parmi les 108 passagers.

Lion Air est l'une des plus jeunes et des plus grandes compagnies aériennes d'Indonésie et dessert des dizaines de destinations nationales et internationales.

En 2007, les compagnies aériennes indonésiennes ont été interdites de vol en Europe pour des raisons de sécurité, mais plusieurs ont été autorisées à reprendre du service au cours de la décennie suivante. L'interdiction a été complètement levée en juin dernier. Les États-Unis ont levé l'interdiction qui a duré une décennie en 2016.

En avril, la compagnie aérienne a annoncé une commande ferme portant sur l'achat de 50 Boeing 737 MAX 10 à un prix catalogue de 6,24 milliards de dollars. La compagnie est l'un des plus gros clients de l'avionneur américain dans le monde.

Avec les informations de Reuters, Associated Press, et Agence France-Presse

Transports

International