•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La production artisanale d’œufs et de poulets devant la Régie des marchés agricoles

Deux poules, une brune, l'autre noire
Une poule dans un poulailler Photo: Radio-Canada / Martin Thibault
Radio-Canada

La Régie des marchés agricoles examine ces jours-ci la demande de l'Union paysanne qui souhaite obtenir une hausse des quantités de poulets, de poules pondeuses et de dindons qu'il est possible d'élever sans acheter des quotas. Comme le lait, l'élevage des volailles est régi au Québec par un système de gestion de l'offre.

Un texte de Joane Bérubé

L’Union paysanne demande qu’un agriculteur puisse élever 2000 poules, 300 dindons et 300 poules pondeuses sans avoir à payer un droit de produire.

Actuellement, les productions artisanales, hors quota, doivent se limiter à 24 dindons, 100 poulets et 99 poules pondeuses.

C’est trop peu, selon le président de l’Union paysanne, Maxime Laplante.

Une poule regarde l'objectif de la caméra. Elle marche en direction de la photographe qui la capture en image.  Les œufs d'une centaine de poules pondeuses sont vendus en circuit court à Sainte-Anne-des-Monts Photo : Radio-Canada / Adrianne Gauvin-Sasseville

Avec l’intérêt grandissant pour l’achat local et la multiplication des fermes maraîchères, la demande est là.

Les œufs, les poulets ou les dindons sont des produits complémentaires des fermes maraichères artisanales, soutient M. Laplante. Les gens, dit-il, demandent s’il n'y a pas moyen d’avoir une douzaine d’œufs avec les courges, les navets, d’avoir un poulet de temps en temps.

La question de la production hors quota relève donc de préoccupations économiques et environnementales liées aux circuits courts et à l’approvisionnement de proximité. La demande de l’Union paysanne pourrait aussi ouvrir sur une diversification des produits liant le terroir régional à un type d’élevage comme cela peut se faire avec l’agneau, par exemple.

Porcs et poulets

L’été dernier, le copropriétaire de la ferme Le groin dans le foin de Miguasha, Donald Mathieu-Robichaud, a tenté l’expérience d’élever 99 poulets pour les vendre à sa clientèle.

L’opération ne s’est pas avérée rentable, il en faudrait un peu plus.

Donald Mathieu-Robichaud suit donc avec attention les débats devant la Régie.  Si ça débouchait sur une ouverture du marché pour les producteurs en circuits courts, on va voir comment on peut aligner notre élevage avec ça  , commente-t-il.

La ferme qui élève déjà du porc en pâturage voudrait faire de même avec le poulet comme cela se fait dans certains états américains.

Des quotas pas à la portée de tous

Pour un petit éleveur local dont la production, axée sur le bien-être animal, reste limitée, acheter du quota, c’est cher. Pour les œufs, c’est 245 $ par poule. La poule n’est pas achetée à ce prix-là, souligne Maxime Laplante, ni l’abreuvoir, ni l’abri pour l’héberger, ni quoi que ce soit.

Le futur éleveur d’œufs n’achète qu’un droit de produire.

des dindonsÀ maturité, un dindon pèse entre 17 et 16 kilos Photo : Radio-Canada

Les fédérations imposent aussi des minimums d’achats pour se lancer en production.

La production sous gestion de l’offre de la volaille et des œufs en est une à fort volume, concentrée dans les mains de quelques centaines de producteurs, répartis plus ou moins également sur le territoire du Québec. Il s’agit d’une production industrielle qui a peu à voir avec la production artisanale qui développe des marchés de niche, indique Maxime Laplante.

Producteurs orphelins

  • La Fédération des producteurs d’œufs compte environ 130 fermes, certaines dans l’Est, mais majoritairement situées dans les régions de la Montérégie, de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec avec une moyenne de 38 000 poules pondeuses par installation.
  • Au Québec, 737 éleveurs se partagent la production de poulet, celle des dindons s’effectue dans 151 installations.

Il n’y a aucun producteur de volailles avec quota en Gaspésie ou sur la Côte-Nord. La Fédération des producteurs de volaille n’a pas été en mesure d’indiquer s’il y avait des producteurs au Bas-Saint-Laurent.

Tous ces chiffres sur la production par quota des œufs et de la volaille cachent une forêt de petits élevages, observe le président de l’Union paysanne.

Est-ce qu’il y a en a 10 000, 15 000, 20 000, je n’ai pas de chiffres exacts de tous ces gens qui élèvent 10, 15 poulets pour leur consommation ou qui élèvent 20 poules pour avoir des œufs pour eux ou leurs amis. Il y en a partout , illustre Maxime Laplante qui qualifie ces fermes de « producteurs orphelins ».

Tous ces gens sont, dit-il, soumis au plan conjoint des producteurs d’œufs et de volailles sans qu’ils puissent s’exprimer sur les conditions du marché. Ce n’est pas normal que ce soit les détenteurs de quotas qui décident qui va avoir du quota, s’il va y avoir de la place pour la relève, c’est un conflit d’intérêts structurel , observe le président de l’Union paysanne.

Ainsi, depuis 10 ans, ce n’est plus possible d’acheter des quotas pour produire du poulet au Québec. Le mode de vente, gré à gré ou centralisé, est en révision depuis 2008.

Des poules derrière un grillagePoules de la ferme Futile à Dunham Photo : Radio-Canada

Ce moratoire est demeuré en place même si depuis 2010, la consommation de poulet a augmenté de 2,6 kilogrammes per personne, ce qui s’est traduit par une hausse de 3,6 % de part de marché.

Ces parts de marché, qui ont été augmentées, auraient pu être attribuées à la relève, dans des régions périphériques comme en Gaspésie ou au Témiscamingue, à la production biologique, à la mise en marché de proximité, fait valoir le président de l’Union paysanne. On les a données à ceux qui avaient du quota au prorata de ce qu’ils avaient déjà.

Mesurer l'impact

Selon une étude réalisée l’an dernier par le groupe CIRANO de l’Université Laval, une hausse de la production sans quota n’aurait qu’un effet marginal sur la production globale et sur le revenu des producteurs, relève Maxime Laplante de l’Union paysanne.

L’étude indique que le secteur le plus touché serait les œufs avec une production artisanale de moins de 3 % de la production totale actuelle.

Le président de l’Union paysanne estime que sa demande ne constitue pas une attaque contre le système de gestion de l’offre, mais un allègement du contrôle des fédérations sur la production artisanale.

D’ailleurs, souligne M. Laplante, dans la plupart des autres régions du Canada, la production hors quota est plus élevée qu’au Québec. Terre-Neuve-et-Labrador et le Québec sont les provinces canadiennes où la production autorisée hors quota de la volaille et des œufs est la plus faible.

Quelques petits poulets sur la paille.En Ontario, les producteurs hors quota peuvent élever jusqu'à 300 poulets. Photo : Radio-Canada

Devant la Régie des marchés agricoles, les Éleveurs de volailles ont d’ailleurs démontré une certaine ouverture et proposé une hausse de production hors quota à 300 poulets, comme c’est le cas en Ontario.

Des projets pilotes ont aussi été mis en place, notamment par les Éleveurs de volaille du Québec pour de la production hors quota à plus petite échelle.

Personne aux Éleveurs de volailles du Québec n’était disponible pour une entrevue

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Alimentation