•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éblouissantes apocalypses, de Julie Stanton

Portrait de l'auteure Julie Stanton, cheveux courts, frisés, lunettes et chemisier roses, assise dans un fauteuil brun, devant un paravent à fleurs.
L'auteure Julie Stanton Photo: Pierre-Philippe Guay
Radio-Canada

Julie Stanton est née et vit à Québec, ce dont elle se réclame fièrement. Elle fait partie des 22 auteurs en lice pour le Prix de poésie Radio-Canada 2018.

Née en 1938, Julie Stanton a été femme au foyer avec quatre enfants dans une première vie, puis journaliste indépendante. Elle a collaboré notamment au journal Le Devoir après des études en communications et journalisme, entreprises alors au pas de course à l'Université Laval. Elle s'est mise à l'écriture de la poésie au début de la quarantaine, à la suite de son divorce, poussée par la révolte contre un système de justice qui jugeait, à l'époque, le comportement des hommes et des femmes en appliquant deux poids, deux mesures. Depuis, outre un récit et deux romans, elle a publié une dizaine de titres en poésie, dont Requiem pour rêves assassinés : hommage à Pablo Neruda, finaliste en 2005 aux prix Alain-Grandbois de l'Académie des lettres du Québec, et Mémorial pour Geneviève et autres tombeaux, finaliste en 2014 au Prix littéraire du Gouverneur général. Son dernier livre, Le Bonheur cet illusionniste, a été publié en 2017 aux Écrits des Forges.

Les premières lignes d'Éblouissantes apocalypses

Ils aiment la Mort, ces généraux tatoués d’aigles d’or sur la poitrine, ces guerriers aux sabres ciselés de sang, ces kamikazes aux poches pleines de bombes, ces conquérants du nucléaire avec du gaz sarin en guise d’éclaireur.

Quand? Où? Qui en premier?

Ce qu’en pensent nos lectrices et lecteurs

« Ce poème qui mélange prose et vers pourrait être intitulé Triomphes de la Mort. Les religions païennes et chrétiennes, la technologie, le profit, le pouvoir, la haine sous toutes ses formes concourent à ces triomphes. Cette accumulation macabre montre que ce texte est ancré dans l’actualité. Ces violences de l’homme contre l’homme et contre la terre font partie de notre quotidien. C’est une méditation sur le mal, sur la guerre, sur ces apocalypses passées ou en attente dans une imminence que l’homme ne contrôle pas toujours. »
Joubert Satyre, membre du comité de sélection 2018

Véritable tremplin pour les écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à tous, amateurs ou professionnels. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta; 
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Livres

Arts