•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici à quoi pourraient ressembler les conséquences des changements climatiques au Canada

Le reportage de Michel Marsolais

Pluies verglaçantes, multiplication des incendies et inondations : les conséquences du réchauffement climatique se feront sentir dans tout le pays très vite, alertent des experts.

Les effets du réchauffement climatique vont se faire sentir d’un océan à l’autre. Et si rien n’est fait pour y remédier, si l'on ne freine pas les émissions de gaz à effet de serre, notamment, ces conséquences auront lieu plus tôt que prévu, selon le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

En juillet 2018, 70 personnes sont mortes à Montréal à cause de la chaleur. La ville – et tout le Québec – faisait face à des températures inhabituellement élevées et à une humidité étouffante, faisant passer les températures ressenties à parfois plus de 40 degrés.

Une femme se rafraîchit dans une fontaine, à Montréal, pendant la canicule. Une femme se rafraîchit dans une fontaine, à Montréal, pendant la canicule. Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

En août, deux orages ont provoqué des inondations à Toronto, immobilisant le centre-ville. Il était alors tombé l’équivalent de deux mois de pluie en seulement trois jours.

Les experts estiment qu’avec le réchauffement climatique, les événements du genre seront de plus en plus nombreux.

Les gens disent que la planète s’est réchauffée de 1 degré au cours des 125 dernières années, mais il y a certaines régions du Canada qui se sont réchauffées de 4 degrés à certaines saisons, au cours des 70 dernières années.

David Phillips, climatologue à Environnement Canada

« C’est donc deux fois plus, en deux fois moins de temps », ajoute-t-il.

Les plus grandes différences de températures sont observées au nord et à l’intérieur des terres, dans l’ouest du pays.

La région qui a connu le réchauffement le plus important en 70 ans est celle de Mackenzie, dans les Territoires du Nord-Ouest. Les températures y ont augmenté de 4 à 5 degrés par endroits.

Vue aérienne du ruisseau avec des panaches de fumée et des flammes d'un côtéCet été, des incendies s'étaient déclarés dans le parc national des Lacs-Waterton, au nord du ruisseau Boundary . Photo : Parcs Canada / Ryan Peruniak

À l’échelle du pays, les étés se sont réchauffés de 1 degré et les températures hivernales ont augmenté de 1,4 degré.

« Il y a certaines communautés sur la côte qui ont connu une élévation du niveau de la mer, de l’érosion et des inondations », explique Catherine Abreu, directrice générale du Climate Action Network, un groupe de coordination d’organisations environnementales.

Les communautés autochtones « subissent une perte de leur mode de vie à cause du changement climatique. Les impacts sont réels à l’échelle mondiale et au Canada », ajoute-t-elle.

Il est par ailleurs faux de croire que l’est du Canada n’a pas beaucoup changé. Au lieu de survenir dans les 70 dernières années, les changements ont eu lieu au cours des 10 à 15 dernières années, explique M. Phillips.

Celui-ci précise que les habitants de Toronto pourraient compter 51 jours par an au-dessus de 30 degrés d’ici 2050 et 77 jours d’ici 2100, d’après des données du laboratoire de systèmes mathématiques parallèles (LAMPS) de l’Université de York. La moyenne actuelle est de 16 jours.

Un siège de vélo recouvert de glace.Les pluies verglaçantes devraient être plus fréquentes. Photo : Radio-Canada / Charles Contant

En ce qui concerne l’hiver, Toronto compte 16 nuits à -15 degrés ou moins. Il n’y en aura plus que 4 d’ici 2050 et une seule d’ici 2100.

Pas de quoi se réjouir, puisque des températures plus clémentes augmentent le risque de pluie verglaçante.

À Montréal, il pourrait y avoir une augmentation de près de 50 à 60 % de ce genre d’événement qui pourraient être désastreux et très coûteux.

Tout le monde se souvient encore de la crise du verglas, au début de janvier 1998, lorsque des millions de personnes se sont retrouvées sans électricité. Le vendredi 9 janvier, le réseau hydroélectrique s'effondrait et plongeait le Québec dans le noir et le froid.

Dans les Prairies, la période entre les semis et les récoltes va se prolonger, ce qui est une bonne nouvelle pour les agriculteurs. Cela pourrait toutefois avoir des conséquences négatives.

« Certaines régions pourraient bénéficier d’une saison sans gelée plus longue, mais le risque d’incendie serait multiplié, tout comme la pollution causée par la fumée et donc, les émissions de CO2 », ajoute Felix Pretis, professeur adjoint à l’Université de Victoria qui étudie les impacts économiques du changement climatique.

Il déclare que le récent rapport du GIEC, qui comparait les résultats d’une augmentation de la température mondiale de 1,5 degré par rapport à 2 degrés, est un rappel brutal des conséquences du réchauffement qui seraient dangereuses et coûteuses.

« Le rapport envoie un message très fort : les 2 degrés dont nous avons parlé précédemment ne sont plus vraiment des glissières de sécurité, nous devons faire très attention à l’avenir », dit M. Prestis.

Des conséquences coûteuses

Les Canadiens peuvent se réjouir de la perspective d’un climat plus clément, mais cela a un prix.

« Au Canada, les inondations seront la principale manifestation du dérèglement climatique », déclare Blair Feltmate, directeur du centre Intact sur l’adaptation aux changements climatiques à l’Université de Waterloo.

« Les inondations représentent la conséquence la plus coûteuse au Canada », précise-t-il.

Il note que de 1983 à 2008, le coût des événements catastrophiques variait de 250 millions à 500 millions de dollars. Depuis 2009, toutefois, huit des neuf dernières années ont vu ces coûts grimper en flèche, pour atteindre 1 milliard de dollars ou plus par an.

M. Feltmate pense par ailleurs qu’une partie du problème vient de la façon dont les scientifiques transmettent leur message concernant les conséquences du réchauffement climatique.

« Je suis préoccupé par le manque de réponse politique, déclare M. Pretis. Je pense que la manière dont la communauté scientifique communique ces résultats aux décideurs est un gros défi. Je pense que nous devons traduire soigneusement ces résultats en impacts locaux. »

Le message est clair : le Canada doit se préparer pour l’avenir.

Les coûts à l'échelle mondiale

Le 10 octobre, l’Organisation des Nations unies a publié de nouvelles données qui démontrent que le coût financier des catastrophes liées au réchauffement climatique a été multiplié par deux et demi au cours des 20 dernières années.

D’après le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes, les coûts engendrés par l’ensemble de ces phénomènes ont atteint 3783 milliards de dollars entre 1998 et 2017, tué 1,3 million de personnes et blessé 4,4 milliards d’autres.

Avec les informations de CBC

Changements climatiques

Environnement