•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que penser des tests provinciaux en mathématiques et en français?

Un homme blanc porte un chemise bleu sous un costume gris et des lunettes.

René Déquier est le directeur-général adjoint de la DSFM.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La province du Manitoba vient de publier les résultats des tests de mathématiques et de langue des élèves de 12e année, classés par division scolaire. La Division scolaire franco-manitobaine insiste sur le fait que ces tests sont avant tout un indicateur et ne sauraient définir le niveau global d'un élève.

Selon les résultats publiés par la province, les élèves de la DSFM se situent sous la moyenne provinciale dans les catégories des mathématiques appliquées et du pré-calcul.

En revanche, en français, ils reflètent la moyenne provinciale.

Selon le gouvernement provincial, plusieurs facteurs influent sur les choix de cours d'un élève. Les écoles appuient l’apprentissage, le développement et le bien-être des élèves de multiples façons, au-delà de celles qui peuvent être mesurées par un test, explique la province. De ce fait, cette évaluation provinciale ne permet pas de déterminer la qualité des écoles d'une division scolaire en comparant les résultats.

La province précise aussi que la réussite d’un élève en 12e année dépend beaucoup de l’apprentissage qu'il a fait dans les années antérieures. Par conséquent, la qualité de l’enseignement en 12e année ne peut pas être déterminée en comparant les résultats des tests.

L'essentiel se déroule dans la classe

Le directeur général adjoint de la DSFM, René Déquier, est du même avis.

Selon lui, ces tests sont faits en fin de parcours, soit à la fin du premier ou du second semestre. Il estime qu'ils ne sont qu'un indicateur parmi tant d'autres dans la réussite d'un élève.

« Nous utilisons ces données-là pour voir où nous sommes rendus », explique René Déquier, précisant que les tests provinciaux ne sont pas les seuls auxquels sont soumis les élèves. La DSFM évalue ses élèves sur une plus longue période, soit la 9 e, la 10 e et la 11 e année, dit-il.

Pour un parent, l'essentiel n'est pas tant les tests que l'enseignement dispensé à son enfant et l'environnement scolaire dans lequel il évolue.

« La source de réussite de son enfant, c'est l'enseignant et la direction de son école », souligne René Déquier. « Eux ont les outils pour voir et évaluer la formation ou la performance de l'enfant. Et ces outils, qui sont locaux, sont basés sur des informations qu'on a au plus grand niveau provincial et même national. »


Résultats des tests, en janvier et en juin 2017

Mathématiques appliquées

  • moyenne DSFM : 54,4 %
  • moyenne provinciale : 56,6 %

Mathématiques essentielles

  • moyenne DSFM : 60,7 %
  • moyenne provinciale : 57 %

Pré-calcul

  • moyenne DSFM : 66,9 %
  • moyenne provinciale : 68,5 %

Français

  • moyenne DSFM : 70,8 %
  • moyenne provinciale : 70,8 %

Anglais

  • moyenne DSFM : 68,5 %
  • moyenne provinciale : 68,3 %

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Éducation