•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baleines noires : Pêches et Océans ouvert aux projets pilotes des pêcheurs

Une baleine sort la tête de l'eau.
Pêches et Océans est ouvert à revoir ses mesures de gestion pour les baleines noires. Photo: Aquarium de la Nouvelle-Angleterre
Radio-Canada

Le ministère des Pêches et des Océans (MPO) se dit ouvert à d'autres projets pilotes proposés par des pêcheurs des Maritimes. Ces projets pourront servir à évaluer d'autres mesures de gestion pour assurer la survie des baleines noires tout en permettant à la pêche de se poursuivre, à certaines conditions.

Un texte de Camille Martel

L’Association des pêcheurs de Grand Manan au Nouveau-Brunswick est la seule flottille à avoir reçu la permission du MPO d’opérer un projet pilote pour la pêche au homard dans la Baie de Fundy.

Les pêcheurs pourront continuer à pêcher même si une baleine noire est observée, explique Sylvie Lapointe, sous-ministre à la Gestion des pêches et des ports à Pêches et Océans Canada.

S’il y a observation dans une zone d’habitat essentiel, il y aura une phase de surveillance pendant 15 jours et les pêcheurs devront utiliser moins de cordage dans l’eau, indique-t-elle.

Après, il y aura une phase d'avertissement de 15 jours s’il y a d’autres observations de baleine sur une période de 5 jours. Les pêcheurs ont ainsi proposé de remplacer leurs cordages par des cordages plus fins qui, selon eux, permettraient aux baleines de se libérer si elles s’empêtrent.

Comme les baleines noires ne fréquentent habituellement pas la région en hiver, les risques sont moindres.

Cette pêche qui débute à la mi-novembre et qui regroupe un petit nombre de pêcheurs, une centaine, est donc une occasion parfaite pour le ministère d’évaluer d’autres mesures, souligne Sylvie Lapointe.

Le ministère laisse la porte ouverte

Le ministère est disposé à recevoir des demandes d'autres associations de pêcheurs pour des projets pilotes.

On pourra voir s’il y aura possibilité de faire quelque chose de semblable dans d’autres régions, ajoute Sylvie Lapointe.

On est prêt à regarder d’autres projets. Ce qu’on veut, c’est qu’il n’y ait aucune mortalité de baleine.

Sylvie Lapointe, sous-ministre à la Gestion des pêches et des ports à Pêches et Océans Canada

D’autres associations de pêcheurs travaillent déjà sur des projets pilotes qu’ils vont présenter au ministère prochainement, affirme Mme Lapointe.

Pas de nouvelles mesures avant le début de 2019

Le ministère rappelle toutefois qu’il n’entend pas assouplir pour le moment les mesures de gestion qu’il a imposées aux pêcheurs plus tôt cette année.

On pourrait se baser sur le projet pilote de Grand Manan si c’est un succès, mais s’il y a des nouvelles mesures, elles seront plutôt motivées par des avis scientifiques, précise la sous-ministre.

D’ailleurs, le ministère attend des avis scientifiques sur les mesures de gestion pour les baleines noires d’ici à la fin du mois de novembre.

Ces avis serviront à formuler des recommandations au ministre afin de mettre sur pied un plan concernant les baleines noires qui devrait être présenté au début de la prochaine année.

Nouveau-Brunswick

Environnement