•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti progressiste-conservateur choisit son nouveau chef en Nouvelle-Écosse

Julie Chaisson, Elizabeth Smith-McCrossin, John Lohr, Tim Houston et Cecil Clarke lors d'un débat à Dartmouth le 21 juin 2018.

Julie Chaisson, Elizabeth Smith-McCrossin, John Lohr, Tim Houston et Cecil Clarke lors d'un débat à Dartmouth le 21 juin.

Photo : Radio-Canada / CBC/Michael Gorman

Radio-Canada

Ce sont cinq candidats, trois hommes et deux femmes, qui se sont disputé ces derniers mois la faveur des membres du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse. La formation politique est réunie à Halifax pour élire samedi la personne qui dirigera ses destinées.

Les cinq candidats sont Julie Chaisson, Cecil Clarke, Tim Houston, John Lohr et Elizabeth Smith McCrossin.

Tim Houston

Tim Houston discute avec deux électeurs.

Tim Houston (au centre) lors du congrès du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse le 10 février 2018 à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Paul Légère

Député de Pictou Est depuis 2013 et critique de l’opposition en matière de finances, Tim Houston a été en novembre 2017 le premier à se lancer dans la course, quelques semaines après le déclenchement de celle-ci par l’ancien chef du Parti progressiste-conservateur, Jamie Baillie.

Il est considéré comme le favori pour l’emporter.

Cecil Clarke

Cecil Clarke sur scène entouré de sympathisants.

Cecil Clarke a annoncé sa candidature à la direction du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse, le 3 février 2018 à North Sydney.

Photo : La Presse canadienne / Steve Wadden

Considéré comme le principal rival de Tim Houston, Cecil Clarke a mis de l'avant sa vaste expérience politique. Il a été député de Cap-Breton Nord de 2001 à 2011, servant notamment comme ministre de la Justice, de l’Énergie et du Développement économique sous un gouvernement progressiste-conservateur. Il a quitté la politique provinciale pour tenter, sans succès, de se faire élire sous la bannière du Parti conservateur fédéral. En 2012, il est devenu maire de la Municipalité régionale du Cap-Breton.

Julie Chaisson

Julie Chaisson au marché des fermiers d'Halifax.

Julie Chaisson.

Photo : CBC

Se présentant comme une candidate venue de l’extérieur du parti pour offrir une perspective différente, Mme Chaisson est la directrice du marché public du port d’Halifax. Elle assure qu’elle sera candidate aux prochaines élections pour le Parti progressiste-conservateur, quelle que soit l’issue de sa campagne à la direction.

John Lohr

John Lohr lors d'un débat en juin 2018.

John Lohr lors d'un débat en juin à Dartmouth.

Photo : Radio-Canada / CBC/Michael Gorman

Plus conservateur que ses adversaires sur les questions sociales, M. Lohr a fait de la dénonciation de la rectitude politique un cheval de bataille, menaçant notamment de couper le financement des écoles qui ne protègent pas la liberté de parole. Le député de Kings Nord a de plus accusé les participants à une journée de manifestation contre le plan de la papetière Northern Pulp de déverser ses eaux usées dans un cours d’eau d’être des manifestants payés.

Elizabeth Smith-McCrossin

Elizabeth Smith-McCrossin.

Elizabeth Smith-McCrossin, députée du Parti progressiste-conservateur dans Cumberland Nord.

Photo : Radio-Canada / CBC/Jean Laroche

Infirmière et entrepreneure, Mme Smith-McCrossin est députée de Cumberland Nord. Elle a fait son entrée en politique provinciale lors de l’élection de mai 2017 et, selon le Parti progressiste-conservateur, est la première femme de l’histoire de la formation politique à annoncer son intention d’en briguer la direction.

Le 1er novembre 2017, Jamie Baillie, chef du Parti progressiste-conservateur pendant sept ans, a lancé une course à sa succession, cinq mois après que les Néo-Écossais lui eurent préféré le gouvernement libéral de Stephen McNeil pour un deuxième mandat. M. Baillie a quitté abruptement ses fonctions le 24 janvier suivant, dans la foulée d’allégations de comportement inapproprié ont la nature n’a pas été révélée.

La députée de Pictou Ouest, Karla MacFarlane, a occupé les fonctions de cheffe intérimaire du parti ces derniers mois.

Julie Chaisson, Tim Houston, John Lohr, Elizabeth Smith-McCrossin et Cecil Clarke lors d'un débat.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite, Julie Chaisson, Tim Houston, John Lohr, Elizabeth Smith-McCrossin et Cecil Clarke débattent le 12 juillet à Tusket.

Photo : Radio-Canada / CBC/Michael Gorman

Durant cette course à la direction, le Parti progressiste a recruté 11 600 nouveaux membres.

Le vote doit débuter à 10 h 30, samedi. Pour les besoins du vote, les membres sont répartis en 51 « districts » qui comptent pour 100 points chacun. Le candidat reçoit pour ce district un nombre de points équivalent au pourcentage du vote reçu dans cette zone.

Les premiers résultats devraient être connus vers 13 h, samedi.

Le chef du Parti conservateur fédéral, Andrew Scheer, sera à Halifax et prendra la parole durant ce congrès.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale