•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault et Plante créent un comité de travail conjoint pour l'est de Montréal

Un point de presse des deux élus dans le hall de l'hôtel de ville.

Le nouveau premier ministre du Québec, François Legault et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, se sont officiellement rencontrés pour la première fois vendredi à l'hôtel de ville de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre François Legault et la mairesse Valérie Plante se sont entendus vendredi pour créer un comité de travail conjoint pour arriver « rapidement » à un plan pour développer le potentiel de l'est de Montréal.

Ce plan devra être « global », a soutenu Mme Plante. « Par le passé, souvent, il y a eu des projets à la pièce, et parfois ces projets-là manquaient de cohérence : ils n'étaient pas intégrés, ils ne prenaient pas en considération l'entièreté des besoins », a-t-elle souligné en point de presse, ajoutant qu'elle souhaitait « travailler en partenariat » dans le but de monter « un plan de travail très concret ».

M. Legault a dit pour sa part qu'il souhaitait créer une « zone d'innovation » dans l'est; aménager un tramway reliant la pointe de l'île au centre-ville; et faire en sorte que la rue Notre-Dame soit réaménagée pour être « ouverte sur le fleuve ».

Moi, ça me motive énormément de penser qu'on pourra développer, entre autres, sur les terrains qui sont actuellement contaminés.

Une citation de : François Legault, premier ministre du Québec

Le comité sera composé de représentants du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal, a-t-il confirmé.

Les sujets qui fâchent

Interrogé par ailleurs sur une motion déposée mardi par le conseiller indépendant Marvin Rotrand, le nouveau premier ministre a rappelé qu'il n'a jamais été question d'interdire le port de signes religieux chez les élus ou les fonctionnaires municipaux. Cette motion a finalement été retirée par M. Rotrand, à la demande de la mairesse et du chef de l'opposition officielle, Lionel Perez, qui ont dit ne pas vouloir « mettre de l'huile sur le feu ». Mme Plante a indiqué pour sa part qu'elle attendrait de voir le projet de loi qu'a l'intention de proposer la CAQ avant de se prononcer.

Autre sujet de discussion : la légalisation du cannabis. La mairesse et le premier ministre sont demeurés sur leurs positions : elle favorable à la consommation sur les lieux publics, lui opposé.

Le propriétaire du café leur sert leur commande.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

M. Legault et Mme Plante ont pris un petit café avant de se rendre à l'hôtel de ville ce matin : un café au lait de soya pour la mairesse et allongé avec un peu de sucre et de lait pour le premier ministre.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Les deux élus ont rencontré les médias dans le hall de l'hôtel de ville, après une rencontre à huis clos avec la nouvelle ministre responsable de la Métropole et ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, qui est aussi une ancienne adversaire politique de Mme Plante.

Cette réunion a été qualifiée de « fructueuse » par la mairesse. « On a eu une très belle rencontre, on a eu du fun, on a ri », a-t-elle avoué, dès le début du point de presse.

Le nouveau premier ministre a aussi signé le livre d'or de l'hôtel de ville, dans lequel il a inscrit : « Merci pour l'invitation chère Valérie. Montréal que j'aime. Montréal qui a un grand potentiel! Vive Montréal! »

Mais c'est d'abord au café de Mercanti, dans le Vieux-Montréal, que M. Legault et Mme Plante s'étaient d'abord donné rendez-vous, en matinée – un tête-à-tête pour marquer de manière plus informelle cette première rencontre officielle entre la mairesse et le nouveau premier ministre, élu le 1er octobre dernier.

Une union forcée

Les deux politiciens s'étaient vus le 7 septembre dernier, en pleine campagne électorale, pour discuter des enjeux touchant la métropole. M. Legault avait, la journée même, promis 2,6 milliards de dollars pour revitaliser l'est de Montréal.

Or, plusieurs divergences sont apparues ce jour-là, de même que dans les semaines qui ont suivi, notamment sur la ligne rose, mais aussi sur la baisse du nombre d’immigrants reçus au Québec et la réduction du nombre d’élus à Montréal envisagées par François Legault.

Le chef de la CAQ, François Legault, en compagnie de la mairesse de Montréal, Valérie PlanteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de la CAQ, François Legault, en compagnie de la mairesse de Montréal, Valérie Plante

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Malgré les réticences de la Coalition avenir Québec, la mairesse a annoncé lundi dernier la création d'un bureau de projet de la ligne rose.

Depuis, le nouveau ministre d'État aux Transports, François Bonnardel, a répété que cette idée ne figurait pas parmi les priorités du gouvernement caquiste – une position réitérée vendredi par M. Legault, qui a dit attendre le résultat de l'étude préliminaire commandée par l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

« Nous, on considère que le coût est très élevé, et puis on ne voit pas comment on pourrait entrer ça dans notre plan », a-t-il indiqué une nouvelle fois. Mais « c'est un plan qui tient à coeur à la mairesse », a reconnu le premier ministre, « donc je veux quand même donner la chance au coureur, comme on dit ».

Mme Plante, elle, a réitéré son appel au pragmatisme lancé au lendemain de l'élection de la CAQ. « Moi, je suis pragmatique, M. Legault aussi; on se fera des colonnes de chiffres, les pour et les contre de telles [et] telles choses, et puis on fera un choix par la suite », a-t-elle conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !