•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Pourquoi cette fausse nouvelle sur Jagmeet Singh devrait vous décourager

Nous voyons l'article, ainsi qu'une photo de Jagmeet Singh.
La nouvelle a été partagée plus de 5500 fois. Photo: Capture d'écran - Facebook
Jeff Yates

CHRONIQUE - « Le leader du NPD, Jagmeet Singh, est recherché pour terrorisme dans 15 pays. » Malgré qu'elle soit extrêmement facile à vérifier, cette fausse nouvelle accusant le leader du Nouveau Parti démocrate (NPD) d'être un terroriste a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux au Canada anglais. C'est une preuve de plus que bien des internautes font fi de la véracité d'une information si celle-ci fait leur affaire. Et c'est profondément décourageant.

La nouvelle en question a été publiée le 2 septembre sur NBCM News (Nouvelle fenêtre), un blogue obscur. Non seulement l'article n'apparaît nulle part ailleurs sur le web (Nouvelle fenêtre), mais ce site a déjà publié d'autres énormités, telle « La reine Élisabeth trouvée coupable d'enlèvement d'enfants – des tireurs d'alarme incarcérés » (Nouvelle fenêtre) (encore là, une invention totale).

Encore pire : l'article lui-même... n'en est pas un.

À part le titre et la photo, le corps du texte ne mentionne aucunement Jagmeet Singh, mis à part la première ligne. « Jagmeet Singh fait partie du groupe militant », nous annonce-t-on (sans nommer le groupe militant ni offrir plus de détails).

Les autres 9358 mots du texte sont en fait un copié-collé de l'article de Wikipédia sur l'attentat terroriste de 1985 visant le vol 182 d'Air India (Nouvelle fenêtre). M. Singh avait six ans lorsque les événements se sont produits; il est donc difficile de déterminer comment il pourrait être recherché en lien avec cette attaque.

Donc un titre et la photo du chef du NPD. C'est tout. On n'a pas cherché à créer d'histoire abracadabrante pour tenter de tisser des liens entre le politicien et l'attentat. On n'a pas inventé de détails sur sa supposée participation à des activités terroristes. On n'a même pas pris le temps d'offrir au lecteur ne serait-ce que le début d'une bribe d'information pour qu'il croie que Jagmeet Singh est véritablement recherché pour terrorisme.

Pourquoi perdre son temps avec tout ça? On a simplement copié-collé un article qui n'a rien à voir avec le titre.

Et pourtant! Il a été partagé plus de 5500 fois sur Facebook, et a généré au total plus de 17 000 « j'aime », commentaires et partages sur le réseau social. Ce n'est pas rien. S'il avait été publié sur Radio-Canada, un des plus gros sites d'information au Canada, cet article se retrouverait en 50e place en termes de popularité sur Facebook pour l'année 2017-2018.

Pas si mal pour un texte que quiconque aurait pu facilement remettre en question en prenant simplement deux secondes pour lire le premier paragraphe!

Depuis quelques mois, l'article a fait son chemin sur les réseaux sociaux. Il a en outre été partagé sur des pages hyperpartisanes au Canada anglais.

« Cet homme est sur une liste de terroristes et ne peut même pas visiter l'Inde, pourquoi est-il le leader d'un parti politique au Canada? La corruption est sans bornes », affirme la publication.Agrandir l’imagePublication sur une page hyperpartisane. Photo : Capture d'écran - Facebook

« Cet homme est sur une liste de terroristes et ne peut même pas visiter l'Inde, pourquoi est-il le leader d'un parti politique au Canada? La corruption est sans borne », affirme la publication.

L'article a même été publié trois fois dans un groupe de relations d'affaires Inde-Canada.

Nous voyons l'article publié sur la page du groupe. Agrandir l’imageCapture de l'écran dans un groupe Facebook de relations d'affaires Inde-Canada. Photo : Capture d'écran - Facebook

C'est sans compter son passage sur la page de la milice armée III% en Colombie-Britannique, où il a suscité une menace de mort envers M. Singh.

« Pendez cette merde », est-il écrit dans les commentaires.Agrandir l’imageCapture d'écran de la publication de la page du groupe III% en Colombie-Britannique. Photo : Capture d'écran - Facebook

« Pendez cette merde », lance sans broncher un partisan de la page.

Je tiens à le répéter : non seulement cette histoire est fausse, mais toute personne qui prend le temps de cliquer sur le lien se rend compte assez rapidement qu'il n'en est rien. Ce n'est pas le pire dans cette histoire.

Rappelez-vous que j'ai dit plus tôt que le blogue qui a publié l'article, NBCM News, était obscur. Le site d'analyse des réseaux sociaux SimilarWeb affirme qu'il n'y a pas assez d'activité sur NBCM News (Nouvelle fenêtre) pour pouvoir estimer son nombre de visiteurs. Alexa le place en 46 574e place au Canada en termes de nombre de visiteurs (Nouvelle fenêtre), mais n'arrive pas non plus à estimer leur nombre.

Du côté des réseaux sociaux, Buzzsumo nous permet de voir qu'il est de loin l'article le plus populaire de la dernière année sur ce site.

Nous voyons que l'article sur Jagmeet Singh est de loin le plus populaire de l'année.Agrandir l’imagePalmarès des articles les plus populaires de la dernière année sur le site NBCM News. Photo : Capture d'écran - Buzzsumo

Mis à part une autre information non fondée (Nouvelle fenêtre) (comme quoi le Canada a le plus haut taux de croissance du nombre de sans-abri au monde) et un autre article (Nouvelle fenêtre) qui est un copié-collé d'un billet du National Observer (Nouvelle fenêtre), aucun texte de ce site n'a trouvé un large auditoire sur Facebook.

Il arrive que des pages Facebook massives réussissent à propager une fausse nouvelle virale simplement parce qu'elles ont un large auditoire. Les gens qui suivent la page partagent l'article, et il se met à circuler organiquement sur les réseaux sociaux. C'est une conséquence bête de la popularité de la page.

Or, NBCM News n'a pas une grosse présence sur le web. Son compte Twitter (Nouvelle fenêtre) a un peu plus de 2000 abonnés et sa page Facebook (Nouvelle fenêtre) semble avoir été supprimée.

Le site n'a donc pas surfé sur la popularité de cette fausse nouvelle sur Jagmeet Singh. La publication est devenue populaire parce qu'elle plaisait aux gens et qu'ils ont cru bon de la partager. À en croire les commentaires, les gens semblent étonnés (« Incroyable!! Seulement au Canada! ») ou outrés (« POURQUOI cet homme est-il le LEADER DUN PARTI POLITIQUE??? »), mais peu d'entre eux ont pris le temps d'aller plus loin que le titre et la photo.

Ils ont cru une allégation grave sur une personnalité politique majeure. Peu importe si elle est sans fondement. Peu importe si l'article qui la met de l'avant n'en est réellement pas un.

Un clic aurait suffi pour éviter les menaces de mort, les commentaires haineux, la rage et l'indignation.

Je peux comprendre que des gens se fassent avoir par des fausses nouvelles bien ficelées ou difficiles à vérifier. Ou encore, des nouvelles mises de l'avant par des pages ou des personnalités populaires. Mais dans ce cas-ci, il n'y a absolument aucune excuse. Cet article n'aurait jamais dû circuler.

Vous avez vu circuler une info douteuse, une photo louche ou une citation peu crédible? Envoyez-la-moi! Vous pouvez m'écrire un courriel ou me joindre sur Facebook ou Twitter.

Réseaux sociaux

Société