•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google a licencié 48 salariés accusés de harcèlement sexuel en 2 ans

Chargement de l’image

Parmi les hauts responsables de Google supposément accusés de harcèlement sexuel, on compterait le créateur du système d'exploitation mobile Android.

Photo : Reuters / Dado Ruvic

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Google a licencié 48 salariés, dont 13 hauts responsables, pour harcèlement sexuel au cours des deux dernières années, écrit Sundar Pichai, le directeur général, dans un document interne adressé aux salariés dont l'AFP a obtenu copie jeudi.

Ce document est une réponse à une enquête du New York Times qui a affirmé que le géant de l'Internet avait étouffé plusieurs cas de ce genre, dont celui d'Andy Rubin, créateur du système d'exploitation mobile Android.

M. Pichai ne précise pas le nom des responsables sanctionnés.

D'après le quotidien, M. Rubin a été contraint par la direction de quitter Google en 2014 à cause d'une accusation de harcèlement, mais a reçu 90 millions de dollars d'indemnités de départ. Le New York Times dit avoir consulté des documents internes, des documents judiciaires et avoir interrogé des sources au sein du géant technologique.

« Lors des années récentes, nous avons effectué beaucoup de changements, y compris adopté une ligne dure sur des comportements inappropriés de personnes en position d'autorité », avance le dirigeant, assurant que Google enquêtera sur toute plainte d'un salarié et prendra des mesures adaptées au besoin.

Selon le New York Times, au moment du départ de M. Rubin, Google a sciemment caché le fait qu'une employée, qui entretenait une liaison avec lui, « l'avait accusé de comportement sexuel inapproprié », à savoir un viol en 2013.

Cet épisode avait mis fin à leur relation et la victime présumée l'aurait dénoncé en interne l'année suivante.

Selon le Times, une enquête interne avait jugé « crédibles » les accusations de l'employée.

« M. Rubin a quitté Google de son plein gré en 2014 pour fonder Playground, un fonds d'investissement et incubateur technologique. Il n'a jamais eu de comportement inapproprié chez Google ou ailleurs, et personne ne lui a jamais dit qu'il en avait eu », a fait savoir Sam Singer, porte-parole de M. Rubin.

« Toute relation que M. Rubin a eue pendant qu'il était chez Google était consentie et ne concernait personne sous ses ordres directs. Il a eu une relation consentie en 2012. À sa connaissance, à ce moment-là, aucune règle interne n'interdisait de liaisons entre employés », a poursuivi M.Singer.

Andy Rubin a aussi fondé l'entreprise Essential, qui fabrique des téléphones intelligents, tandis qu'Android équipe aujourd'hui environ 85 % des téléphones intelligents vendus à travers le monde.

Au total, avance le New York Times, Google « a protégé trois cadres dirigeants au cours des dix dernières années, qui avaient été accusés de comportements sexuels déplacés » et n'a pas rendu publiques les accusations.

Dans la missive aux employés, Sundar Pichai indique que le groupe a actualisé son règlement intérieur et impose désormais aux hauts responsables de dévoiler toute relation intime avec un autre employé.

Google a aussi ouvert en interne, en 2015 selon M. Pichai, une ligne téléphonique permettant aux salariés de rapporter tout comportement inapproprié d'un supérieur, auquel ils ont assisté ou dont ils ont été la victime.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !