•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La foire Art Toronto mise sur les artistes contemporains canadiens

Sculpture qui représente un visage rouge dessiné aux traits noirs avec des yeux blancs
Curtis Santiago, « Ancestor Rocks » Photo: Radio-Canada / Sylvie-Anne Jeanson
Radio-Canada

Véritable phénomène de société, Art Toronto est une foire d'art contemporain qui a été crée en 2000. C'est un lieu de toutes les excentricités, avec des oeuvres qui défient souvent les codes établis de l'histoire de l'art. Chaque année, c'est un des événements artistiques les plus importants au Canada.

Un texte de Sylvie-Anne Jeanson et un reportage de Marie-Eve Dumulong

Toronto représente le plus important marché de l'art national. Des galeries d'art du Pacifique à l'Atlantique viennent y présenter les oeuvres d'artistes du Canada.

Le marché de l'art canadien y est très actif et pour cause, de grands établissements publics et privés viennent élargir leurs collections.

Toutes les grandes banques canadiennes notamment font la collection d'oeuvres contemporaines canadiennes, pas uniquement pour des considérations fiscales, mais aussi en envisageant des dons à des musées du pays qui seront davantage preneurs d'oeuvres canadiennes.

Des forces de l'ordre frappent à coup de matraque des manifestants autochtonesAgrandir l’imageWith Our Bodies We Protect the Land - 84” x 132” - 2018 - Acrylique sur canevas Photo : Radio-Canada / Sylvie-Anne Jeanson

Chaque année, 18 000 visiteurs, des amateurs d'art, des gens du milieu se retrouvent à Art Toronto qui dure quatre jours.

Deux statues représentent des personnes couchées sur le sol de différentes couleurs. Une statue représente une personne assise sur les genoux.Agrandir l’imageKaren Tam, « Sleeping Figure series », 2016 Photo : Radio-Canada / Sylvie-Anne Jeanson

Un petit marché

Les galeristes qui participent à la foire veulent faire connaître les artistes canadiens.

Le galeriste montréalais Antoine Ertaskiran explique que l'art canadien doit encore se développer sur le marché international. Pour investir le marché américain, il a choisi principalement deux grandes villes : Miami et New York.

Il a commencé avec les foires parce que l’achalandage est beaucoup plus important et les participants sont de qualité. Cela permet aussi de faire connaître les artistes et sa galerie auprès de nombreux collectionneurs qui viennent de partout dans le monde.

Le marché canadien reste encore très petit. C’est pour cela que l’on choisit d’être à l’international pour promouvoir notre marché canadien, québécois, montréalais.

Antoine Ertaskiran, galeriste

Pour lui, les résultats sont intéressants et il réalise des ventes, mais il mise avant tout sur le long terme.

Les artistes canadiens sont encore peu nombreux à être connus en Europe, ajoute Réal-Olivier Lanthier, directeur de la Galerie Art Mûr de Montréal.

Ceux qui sont connus sont passés par le marché américain et le sont déjà internationalement, mais ils sont peu nombreux, précise-t-il. Ils ont souvent été invités dans des biennales ou des compétitions internationales.

Entre marché et visibilité

Pour l'artiste visuel montréalais, Nicolas Grenier, connaître l'autre versant de la montagne, le côté mercantile, est un phénomène étrange. Cependant, il adore être spectateur de la foire. Pour lui, c’est l'occasion de découvrir d’autres artistes.

L'artiste visuelle montréalaise Marie-Michelle Deschamps, estime que les foires sont l'occasion de se faire connaître.

Mais pour elle, les oeuvres qui y sont présentées le sont hors contexte et ne montrent qu’une petite partie de la recherche artistique, ajoute-t-elle.

Une exposition en solo reste le meilleur moyen de montrer un plus grand corpus de travail, dit-elle.

Dans une foire, tout va vite, ajoute Marie-Michelle Deschamps. On va être happé par une image ou un matériau, on a des coups de coeur et on ne sait même plus où mettre les yeux, dit-elle en riant.

[Art Toronto], c'est très très gros. Il y a différents médiums. Cette année, il y a de nouveaux petits espaces émergents.

Marie-Michelle Deschamps, artiste

Le foisonnement d'oeuvres concentrées dans un même lieu et dans le temps explique aisément le véritable engouement pour les foires d'art contemporain.

Art Toronto : du 25 au 29 octobre 2018 au Palais des congrès de Toronto, 255 rue Front Ouest.

Avec la collaboration de Vincent Wallon

Arts visuels

Arts