•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blaine Higgs veut s'attaquer aux problèmes chez Ambulance NB

Blaine Higgs a obtenu une pluralité des voix lors de l'élection de 2018.

Photo : Radio-Canada / Élisa Serret

Radio-Canada

Les progressistes-conservateurs promettent de trouver une solution aux problèmes d'Ambulance Nouveau-Brunswick en une semaine, s'ils parviennent à former le prochain gouvernement. Pendant ce temps, les libéraux prônent une approche fondée sur le « bon sens » pour le recrutement d'ambulanciers bilingues.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs, reproche au premier ministre Brian Gallant de vouloir consulter, étudier et former des comités sur différents enjeux, dont le dossier des ambulances.

Ce n’est plus le temps d’en parler, il faut agir, clame M. Higgs qui souhaite des actions rapides dans plusieurs dossiers.

Il a dit en chambre jeudi que sa priorité était de trouver une solution aux problèmes d’Ambulance Nouveau-Brunswick et qu’il se donne une semaine pour y arriver s’il prend le pouvoir.

On va régler ça.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur

Blaine Higgs a par ailleurs légèrement changé son fusil d’épaule quant aux solutions proposées.

Il disait auparavant que l’unique manière d'atténuer la pénurie était d’embaucher des unilingues anglophones, mais il a reconnu jeudi que ce n’était peut-être pas la seule solution. Il a aussi dit que cette solution risquait de ne pas être acceptée :Il y a beaucoup de solutions, mais je ne les connais pas toutes.

De son côté, le chef de l'Alliance des gens, Kris Austin, approuve aussi la volonté des conservateurs d'agir rapidement, mais il croit que les solutions sont connues et devraient être mises en place immédiatement.Je crois qu’on sait tous c’est quoi le problème, déplore Kris Austin.

Le bon sens , selon les libéraux

Pendant ce temps, les libéraux font appel à ce qu'ils appellent le bon sens.

Le ministre libéral Andrew Harvey se rapproche de la logique de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick : On croit au bon sens. Je suis député de Carleton-Victoria, une région à 98 % anglophone, donc je comprends ces problèmes et je les reconnais au même titre que M. Austin.

Andrew Harvey donne une conférence de presseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, Andrew Harvey, défend la décision de son gouvernement d'offrir de l'aide aux propriétaires de chalets sinistrés.

Photo : Radio-Canada

Selon lui, plusieurs solutions évoquées par le livre vert pourraient être appliquées, comme un assouplissement régional des exigences bilingues.

Ce type de solution sera évalué par un comité et peu importe ses recommandations, le gouvernement les mettra en oeuvre immédiatement, promet le ministre.

Cela, bien entendu, si les libéraux parviennent à se maintenir au pouvoir.

Un ancien ministre regrette l’entente signée avec Medavie

L’ancien ministre de la Santé, le libéral Mike Murphy, a déclaré jeudi qu’il regrettait l’entente que son gouvernement a signée avec Medavie il y a 11 ans.

Le seul regret c’est la création d’Ambulance Nouveau-Brunswick, a laissé tomber l’ancien ministre.

Selon lui, Medavie n’a rien fait pour régler les problèmes relevés par le gouvernement actuel.

Mike Murphy, ancien ministre libéral sous le gouvernement de Shawn Graham.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mike Murphy, ancien ministre libéral sous le gouvernement de Shawn Graham.

Photo : Radio-Canada

Ils opèrent dans le secret et ils ont été mal surveillés, je crois.

Mike Murphy, ancien ministre libéral

Le service d’ambulance s’est détérioré aux yeux de la population, à son avis, et il se demande pourquoi le gouvernement n’est pas plus sévère à l’endroit de Medavie. Les comités ne sont pas nécessaires; il faut ordonner à Medavie de régler ses problèmes.

Le ministre Benoît Bourque défend Ambulance Nouveau-Brunswick

Je ne suis pas d’accord avec Mike Murphy, dit d’emblée Benoît Bourque, ministre de la Santé, en entrevue au Téléjournal Acadie.

Selon lui, c’est un contexte particulier, à l’époque, qui a mené à la création d’Ambulance Nouveau-Brunswick : Il faut se rappeler qu’il y avait 52 différents services au sein de la province qui travaillait avec des conditions différentes. Avec Ambulance Nouveau-Brunswick, on a créé un système provincial et standardisé.

Le politicien e entrevue, à l'extérieur, en été. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de la Santé, Benoît Bourque, décide qu'il est temps pour lui d'agir dans le dossier de l'examen NCLEX-RN.

Photo : Radio-Canada

En ce qui a trait à la question linguistique, M. Bourque concède qu’il s’agit d’une question délicate, mais assure qu’il travaillera dans le respect de la Loi sur les langues officielles.

Il y a une révision judiciaire en cours, pour voir si ça peut fonctionner au sein de la loi, dit-il.

M. Bourque espère que le rapport produit par le gouvernement permettra une plus grande transparence : On veut que la population voie les différentes possibilités, et ce qui marche et ce qui marche moins.

Avec les informations de Michel Corriveau et Karine Godin

Nouveau-Brunswick

Politique municipale