•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services à l’enfance des T.N.-O. sur la bonne voie dit le gouvernement

Un rapport du vérificateur général du Canada devant une table de gestionnaires.

Dans son rapport, le vérificateur général dresse le portrait d’un système surchargé, qui n’évalue pas assez la sécurité des enfants, qui effectue mal ses suivis.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le rapport peu flatteur sur les services à l'enfance et aux familles dans les Territoires du Nord-Ouest, déposé mardi, déçoit les administrateurs du gouvernement, mais ne les surprend pas. Selon eux, les résultats du rapport démontrent surtout que leur travail pour améliorer le système n'a pas encore porté ses fruits.

Mardi, le Bureau du vérificateur général du Canada a déposé son rapport en précisant être inquiet des « défauts graves » et d’une détérioration des services de protection ou de prévention à l'enfance.

Mercredi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, son équipe et celle de l’administration des services à l’enfance et aux familles ont rencontré les médias pour expliquer ce qui a déjà été mis en place pour répondre aux problèmes révélés dans le rapport.

« Cet audit n’a pas vérifié si nos lois sont bonnes et si les outils que nous avons mis en places sont bons, mais nous savons qu’ils le sont, explique Bruce Cooper, sous-ministre de la Santé et des Services sociaux. Nous avons maintenant ce qu’il nous faut pour avoir un système qui réussit. »

Depuis le premier rapport en 2014, le ministère dit avoir implanté de nouvelles normes, mis en place un nouveau processus d’audit interne, élaboré la restructuration du système et adopté un nouveau système informatique pour aider le personnel.

Bien que nous ayons fait des efforts et que les résultats montrent que nous sommes sur la bonne voie, nous ne pouvons pas minimiser l’importance des conclusions du rapport du vérificateur général, qui établit clairement que nous sommes loin du but.

Glen Abernethy, ministre de la Santé et des Services sociaux

Un problème de rétention de personnel

Le rapport du vérificateur général définit le manque de ressources comme la cause de nombreux problèmes dans le système d’aide à l’enfance et aux familles.

Un problème que reconnaît le gouvernement, qui précise qu'il a de la difficulté à retenir et à recruter son personnel.

À titre d'exemple, 25 % des postes dans les services à l’enfance et aux familles sont vacants. Un taux qui fluctue d’une semaine à l’autre, mais qui reste généralement le même depuis au moins quatre ans, selon le ministère.

« Ce n’est pas parce que nous ne pourvoyons pas ces postes, estime le ministre. C'est que nous continuons à le faire, mais que les gens continuent de partir. »

Selon Nathalie Nadeau, la directrice des services à l'enfance et à la famille de l'administration des services sociaux, c’est surtout la nature stressante de l’emploi de travailleur social qui explique les taux de roulements élevés dans le système.

Une femme sourit à la caméra. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nathalie Nadeau est la directrice des services à l'enfance et à la famille de l'administration des services sociaux depuis environ deux ans.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Elle estime que les améliorations apportées dans le secteur des ressources humaines, comme la formation des superviseurs et des gestionnaires, devraient changer les choses.

Le ministre Glen Abernethy a demandé à son ministère d’être plus offensif dans le recrutement des nouveaux travailleurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !