•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un test de mathématiques obligatoire pour les futurs enseignants

Des enfants assis sur leur chaise dans la classe lèvent la main.

Une salle de classe.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement ontarien souhaite que les étudiants en enseignement réussissent un test de mathématiques avant d'obtenir leurs diplômes.

Un texte de Claudine Brulé

La ministre de l'Éducation, Lisa Thompson, a déposé un projet de loi en ce sens jeudi, mais elle avait peu de détails à fournir à ce sujet.

La ministre en mêlée de presse. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre de l'Éducation, Lisa Thompson.

Photo : Radio-Canada / Dean Gariépy

Elle ne pouvait, par exemple, pas dire si ce test serait soumis aux futurs enseignants du secondaire ou seulement à ceux de niveau élémentaire.

La ministre Thompson ne sait pas non plus ce qui arriverait si un étudiant ne réussissait pas le test.

Les enseignants qui ont déjà leur diplôme n'auront pas à faire le nouveau test.

Marit Stiles prend la parole devant des micros, entourée de parents devant une école de Toronto. 
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La députée du NPD Marit Stiles.

Photo : Radio-Canada

La porte-parole néo-démocrate en matière d'éducation, Marit Stiles, dénonce le fait que le gouvernement dit vouloir améliorer les résultats des jeunes en mathématiques, mais n’offre pas de ressources additionnelles.

Sévir envers les enseignants coupables d'agressions sexuelles

Le projet de loi de la ministre Thompson veut aussi retirer automatiquement les diplômes d'enseignement à ceux et à celles qui sont reconnus coupables de crimes à caractère sexuel, comme la pornographie juvénile et les agressions sexuelles sur des mineurs.

Elle dit qu'il y a des voies d'évitement dans les lois actuelles qui permettent aux enseignants reconnus coupables d'un tel crime de continuer à enseigner. Elle ne pouvait toutefois pas donner d'exemple, ni le nombre d'enseignants qui se trouvent dans cette situation.

Des bureaux dans une classe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une classe dans la nouvelle école dans le secteur de Templeton à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !